This content is not available in your region

Les réfugiés ukrainiens sous protection de l’Union européenne

Access to the comments Discussion
Par Christopher Pitchers  & Euronews
euronews_icons_loading
Les réfugiés ukrainiens sous protection de l’Union européenne
Tous droits réservés  Visar Kryeziu/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Environ un million de réfugiés ukrainiens ont rejoint l'Union européenne. Face à ces arrivées les institutions de l’UE ont décidé d'accorder une protection temporaire aux personnes qui fuient la guerre.

Dans un rare élan d'unité en matière de politique migratoire, tous les Etats membres ont approuvé l'activation de ce dispositif valable trois ans pour accueillir les personnes déplacées.

"Nous verrons des millions d'autres (réfugiés) arriver et c'est pourquoi nous avons besoin de plus de solidarité et c'est pourquoi nous avons besoin de cette législation pour fournir une protection et offrir des droits à ces personnes et nous aurons aussi besoin de fonds supplémentaires", explique la Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures Ylva Johansson.

Cet outil offre :

  • un droit de séjour

  • un accès au marché du travail

  • un droit au logement

  • une protection sociale

  • l'accès aux soins de santé

  • l’accès au système d'éducation.

La réponse européenne à l'invasion de l'Ukraine par la Russie est sans précédent. Toutefois certaines voix demandent aux 27 de faire plus pour venir en aide aux réfugiés. La directrice du European Council on Refugees and Exiles (ECRE), Catherine Woollard, appellent les Etats membres à "déployer rapidement le Fonds asile, migration et intégration. L'agence européenne de l'asile doit fournir un soutien, y compris opérationnel, et les Etats membres doivent faire appel au soutien de cette agence."

Mais elle insiste sur un point. "Le plus important est de rester uni dans la réponse face aux déplacés pour des raisons de sécurité mais aussi pour des raisons humanitaires", insiste-t-elle.

C'est à chaque Etat membre de décider s'il souhaite étendre ce dispositif aux autres ressortissants qui fuient les combats. La décision a été édulcorée à la dernière minute. Cette législation a vu le jour en 2001 après la crise des réfugiés au Kosovo. C’est la première fois que ce mécanisme est activé.