This content is not available in your region

La Croatie devrait adopter l'euro en janvier 2023 après que Commission a donné son feu vert

Access to the comments Discussion
Par euronews
Des pièces et des billets en euros sont présentés dans un magasin de Duisbourg, en Allemagne, le 29 décembre 2001..
Des pièces et des billets en euros sont présentés dans un magasin de Duisbourg, en Allemagne, le 29 décembre 2001..   -   Tous droits réservés  Copyright AP Photo/Michael Sohn

La Croatie devrait être le prochain pays à rejoindre la zone euro après l'approbation de la Commission européenne ce mercredi.

Si cette décision est approuvée par l'Eurogroupe et le Conseil de l'UE dans le courant du mois, la Croatie pourrait adopter la monnaie officielle de l'UE dès le 1er janvier 2023, soit six mois avant de fêter son dixième anniversaire en tant que membre de l'UE. Elle deviendrait ainsi le vingtième membre de la zone euro.

L'approbation de la Commission est fondée sur son dernier rapport de convergence, qui examine l'état de préparation des États membres à l'adhésion à la zone euro.

Sur les sept États membres examinés - le Danemark bénéficie d'une clause d'exemption - la Croatie est le seul à remplir tous les critères nécessaires à l'adhésion. Il s'agit notamment de la compatibilité de la législation nationale avec les dispositions relatives à l'indépendance de la banque centrale, à la stabilité des prix (inflation relativement faible à un niveau similaire à celui de la zone euro), à la stabilité budgétaire (déficit ne dépassant pas 3 % du PIB, conformément aux règles de l'UE), à la stabilité du taux de change et à la convergence durable (taux d'intérêt à long terme relativement bas).

Un fonctionnaire de l'UE a déclaré aux journalistes qu'"il est également vrai qu'il y avait une très forte détermination politique de la part des autorités croates" pour rejoindre l'euro et que "ce n'est pas, par exemple, l'orientation prise par les autres pays qui sont en salle d'attente."

Le fonctionnaire a également rejeté les inquiétudes selon lesquelles la Croatie ne serait pas "un membre sûr de la zone euro" ou une "copie de la Grèce", faisant valoir que depuis la crise de l'euro de 2008, la zone euro a créé de nouvelles institutions, notamment une union bancaire et des mécanismes de surveillance, pour mieux contrôler les institutions financières.

"La Croatie est une très petite économie ouverte", a déclaré le fonctionnaire, et "son système bancaire est en grande partie détenu par de grandes banques de très grands pays", ce qui constitue une autre couche de sécurité.

Le Premier ministre croate Andrej Plenković a salué l'annonce sur Twitter, écrivant : "La Croatie deviendra bientôt membre de la zone euro, réalisant ainsi l'un de nos objectifs stratégiques."

"L'euro rendra l'économie croate plus forte et apportera des avantages significatifs aux citoyens et à la société croates !" a-t-il ajouté.

L'évaluation positive de la Croatie a également été saluée par les membres de la Commission, dont la présidente Ursula von der Leyen, qui a déclaré que l'adoption de la monnaie unique "rendra l'économie croate plus forte, ce qui apportera des avantages à ses citoyens, à ses entreprises et à la société en général. L'adoption de l'euro par la Croatie rendra également l'euro plus fort."

Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif chargé d'une économie au service des citoyens, a salué le "grand engagement, la diligence et la persévérance" de la Croatie pour remplir les conditions d'adoption de la monnaie unique", tandis que Paolo Gentiloni, commissaire à l'économie, a salué une "étape historique dans le parcours européen de la Croatie".

"Le peuple croate peut désormais se réjouir de rejoindre les plus de 340 millions de citoyens qui utilisent déjà l'euro comme monnaie, un roc de stabilité en ces temps de turbulences", a ajouté M. Gentiloni dans un communiqué.

L'euro est entré en circulation le 1er janvier 2002 et tous les États membres sont en principe engagés à adopter l'euro dès qu'ils remplissent les conditions requises, mais il n'y a pas de calendrier établi et il leur appartient de prendre les mesures nécessaires. Le rapport de convergence a également évalué la Bulgarie, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Suède.

Il a constaté que la Roumanie ne remplit actuellement aucune des conditions, tandis que la Suède est le seul pays, hormis la Croatie, à se situer dans la fourchette de stabilité des prix.