This content is not available in your region

Plainte des consommateurs européens contre Google

Access to the comments Discussion
Par Aida Sanchez Alonso  & Euronews
euronews_icons_loading
Dix organisations de protection des consommateurs accusent Google de ne pas employer un langage assez clair sur l'utilisation des données
Dix organisations de protection des consommateurs accusent Google de ne pas employer un langage assez clair sur l'utilisation des données   -   Tous droits réservés  AP Photo/Virginia Mayo

Google pousse les utilisateurs européens à accepter des options invasives concernant leurs données lorsqu'ils créent un compte auprès de l'entreprise. C'est l'affirmation du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), dans un rapport publié jeudi.

Selon le Règlement général de la protection des données (RGPD) de l’UE, les entreprises doivent offrir par défaut aux utilisateurs l'option la plus facile et la plus protectrice. Pour les associations de consommateurs, le géant américain n’applique pas ce principe.

"On vous propose, dans les grandes lignes, deux options. L'une est une personnalisation express, en une étape, et l'autre est une personnalisation manuelle en cinq étapes", explique David Martin, spécialiste juridique du BEUC.

Selon la procédure simplifiée, lorsqu’un compte est créé "_vous avez donné à Google le droit de surveiller tout ce que vous faites sur les services de Google et sur tous les sites web et applications qui utilisent les services de Google_”, ajoute-t-il.

Dix organisations de défense des consommateurs ont déposé une plainte commune contre le géant américain. Elles soulignent que le langage employé par Google est "incomplet, peu clair et trompeur". Enfin, les associations rappellent que l'objectif de l'entreprise est d'obtenir les données des citoyens pour permettre à la société de faire fructifier son activité.

"Le modèle économique de Google repose sur la collecte et l'exploitation de ces données, des données personnelles à différentes fins, notamment à des fins de publicité ciblée, qui est la principale source de revenus de l'entreprise", précise David Martin.

L'affaire est désormais entre les mains de l'autorité irlandaise des données car le siège européen de Google est en Irlande. L'entreprise a déjà été condamnée à plusieurs reprises pour des affaires de protection de ces informations. Le géant du web s’est vu infligé cette année une amende de 150 millions d'euros pour son refus d'agir sur les cookies. En 2019, Google avait déjà été condamné à verser 50 millions d'euros concernant la façon dont l'entreprise obtient le consentement des utilisateurs.