This content is not available in your region

La guerre en Ukraine bouleverse le marché européen de l’énergie

Access to the comments Discussion
Par Maria Psara  & Euronews
euronews_icons_loading
La menace d'une rupture des livraisons de gaz russe transforme le marché européen de l'énergie
La menace d'une rupture des livraisons de gaz russe transforme le marché européen de l'énergie   -   Tous droits réservés  AFP

La guerre menée par la Russie en Ukraine pourrait modifier en profondeur la carte énergétique européenne. En France, EDF est en cours de nationalisation. En Allemagne, le gouvernement mobilise des milliards d'euros pour sauver Uniper. Le géant énergétique allemand est le premier importateur de gaz russe dans le pays et subit de plein fouet la diminution des approvisionnements.

A travers l’UE, les Etats membres deviennent de plus en plus interventionnistes sur le marché de l'énergie. La question est désormais de savoir s'il s'agit d'un choix conjoncturel ou au contraire structurel ?

Pour Martin Vladimirov, directeur du programme Energie au Center for the Study of Democracy, cette tendance devrait se poursuivre à l’approche de l’hiver et des risques de rupture des livraisons.

"L'Union européenne a œuvré pendant des décennies pour libéraliser les marchés de l'énergie et en six mois à peine, beaucoup de ces mesures ont été abolies", ajoute-t-il.

Afin de contrôler les prix, les interventions gouvernementales progressent depuis le mois d'octobre et les premiers coups de semonce de Moscou sur les approvisionnements. Mais les résultats sont limités. Pour certains experts il faut faire attention.

"Les prix sont clairement restés élevés et les gouvernements continuent de subventionner massivement et d'intervenir massivement sur les marchés de l'énergie. Et ça c'est dangereux. Cela perturbe les marchés et, en fin de compte, cela pousse les prix vers le haut", juge Ben McWilliams, analyste à l’institut Bruegel.

La question est délicate pour les autorités nationales qui cherchent à protéger les citoyens et les entreprises de cette flambée des coûts. Mais ce choix politique s'articule difficilement dans un marché que l'Union européenne cherche à libéraliser depuis plus de 20 ans.