Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Prévenir une nouvelle vague de covid-19 en Europe

Access to the comments Discussion
Par Isabel Marques da Silva  & Euronews
euronews_icons_loading
L'UE étudie les mesures à prendre pour éviter une nouvelle vague de covid-19 dans les prochaines semaines
L'UE étudie les mesures à prendre pour éviter une nouvelle vague de covid-19 dans les prochaines semaines   -   Tous droits réservés  Rogelio V. Solis/The Associated Press

La vitesse de réaction est essentielle pour protéger cet automne les citoyens d'une nouvelle vague de covid-19. Le processus doit cependant être accéléré. Les représentants de l'industrie pharmaceutique se sont retrouvés au Parlement européen pour évoquer le lancement d'une seconde génération de vaccin mais ils émettent aussi un avertissement.

"Aujourd'hui la capacité de production de vaccins contre le covid-19 dépasse largement le nombre de doses qui peuvent être administrées. Le défi n'est plus l'approvisionnement en vaccins mais la capacité de réussir une campagne nationale de vaccination", avertit Thomas Triomphe, vice-président exécutif de Sanofi. L’entreprise attend pour le moment la validation de son vaccin adapté au variant omicron.

L'Agence européenne des médicaments a donné la semaine dernière son feu vert aux sérums de BioNTech/Pfizer et de Moderna. La Commission européenne a demandé dans la foulée aux Etats membres de définir des stratégies nationales.

Pour éviter une nouvelle vague, l'institution recommande de :

  • coupler la vaccination contre le covid-19 avec celle de la grippe

  • disposer des capacités logistiques nécessaires

  • lancer de nouvelles campagnes de sensibilisation.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies estime qu'après un été d'accalmie sanitaire, plusieurs pays membres pourraient faire face à une augmentation du nombre de cas et des admissions à l'hôpital.

Si l’UE est le deuxième producteur de vaccins, la présidente de la commission spéciale sur la pandémie de covid-19 au Parlement européen s'inquiète du faible taux de vaccination dans certaines régions.

"Je pense que le meilleur conseil que l'on peut donner aujourd'hui aux citoyens est de rester vigilant, de se protéger, de se faire vacciner, surtout si vous avez plus de 65 (ans) et si vous appartenez aux groupes les plus vulnérables", souligne l’eurodéputée Kathleen Van Brempt (S&D).

"Plus il y aura de personnes vaccinées, plus ce sera facile et moins nous serons confrontés à des restrictions".

Le Parlement européen s’inquiète aussi du manque de transparence concernant les coûts et les contrats passés entre la Commission et les entreprises pharmaceutiques.