PUBLICITÉ

Charbon : l'UE assure que ce "combustible sale" n'entravera pas ses ambitions énergétiques

La mine de charbon à ciel ouvert controversée de Garzweiler dans l'ouest de l'Allemagne
La mine de charbon à ciel ouvert controversée de Garzweiler dans l'ouest de l'Allemagne Tous droits réservés Martin Meissner/copyright 2021 The AP
Tous droits réservés Martin Meissner/copyright 2021 The AP
Par Méabh Mc MahonYolaine de Kerchove (traduction)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La consommation de charbon est en hausse depuis la guerre en Ukraine. L'UE assure que cela ne l’empêchera pas de mener ses ambitions de transition énergétique.

PUBLICITÉ

À l'approche de la conférence internationale sur le climat (COP27), l'Union européenne se prépare. Les ministres de l'Environnement se sont réunis lundi à Luxembourg pour s'accorder sur un texte à présenter aux négociations de Sharm el Sheikh en Egypte. 

Alors que l'utilisation du charbon est en hausse depuis la guerre en Ukraine, les dirigeants et les ministres ont insisté sur le fait que ce combustible sale ne ferait pas dérailler les ambitions européennes en matière de climat.

"Il faut une certaine flexibilité à court terme : certains pays augmentent à nouveau leur consommation de charbon et de gaz, c'est absolument temporaire et pour des raisons de sécurité énergétique.", explique Teresa Ribera, ministre espagnole de l'Energie.

"La seule conclusion que nous avons tirée de la guerre est que nous devons accélérer notre transition énergétique, donc même si nous utilisons un peu plus de charbon aujourd'hui, nous irons beaucoup plus vite dans notre transition énergétique, donc au final, les émissions seront réduites encore plus vite qu'avant", ajoute Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

En 2021, lors de la COP26 à Glasgow, les pays ont accepté de réduire progressivement leur utilisation du charbon, même la Chine et l'Inde. Mais depuis la guerre en Ukraine, l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie et les Pays-Bas ont tous annoncé des mesures temporaires pour en utiliser. Les observateurs s'inquiètent de cette régression et de l'absence d'engagement net de la part des entreprises et du monde financier.

"Je pense que c'est évidemment une mauvaise nouvelle, si on veut diminuer la température moyenne, il faut arrêter de brûler du charbon et du pétrole. Plus nous brûlons du charbon, plus nous augmentons la température et plus nous devrons faire d'efforts pour inverser la courbe. Nous avons eu besoin d'une guerre pour voir que nous avons besoin en Europe d'une planification des énergies renouvelables et j'espère que maintenant cela va être fait et que nous devons accélérer cela.", affirme Laurent Babikian, Directeur Capital Markets, CDP (organisation qui suit l'impact environnemental des entreprises/villes).

La COP27 se penchera également sur la création d'un fonds destiné à aider les pays touchés par le changement climatique, comme les inondations au Pakistan qui ont tué 1700 personnes cette année. La pression est déjà sur les politiciens, avec des milliers de personnes descendues dans les rues de Bruxelles le week-end dernier.

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Allemagne : résistance dans un village menacé de destruction pour de l'extraction de charbon

11 villes demandent de rendre obligatoire l'achat de bus zéro émission en Europe

Crise du gaz : les Allemands s'empressent de faire des réserves de charbon