EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Fournir ou non des chars d’assaut à l’Ukraine

L'Ukraine demande des chars d'assaut pour répondre à l'invasion menée par la Russie
L'Ukraine demande des chars d'assaut pour répondre à l'invasion menée par la Russie Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par Stefan Grobe
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Royaume-Uni et la Pologne ont annoncé l’envoi de chars de combat Leopard mais l’Allemagne s’interroge sur un tel soutien qui pourrait impliquer l’OTAN dans la guerre en Ukraine, selon Berlin.

PUBLICITÉ

Les pays occidentaux comprennent qu'ils doivent faire plus pour aider l’Ukraine. Pour libérer la totalité de son territoire, Kyiv demande des moyens militaires supplémentaires. L'Allemagne et les Etats-Unis ont récemment convenu d'envoyer des véhicules de combat d'infanterie, mais l’Ukraine réclame des chars d'assaut.

C'est exactement cette demande qui divise les Alliés. La Pologne et le Royaume-Uni prévoient de fournir précisément ces chars mais ils veulent trouver des partenaires dans cet effort.

"Nous voulons que cela s'inscrive au sein d'une coalition internationale", souligne le président polonais, Andrzej Duda. Il ajoute qu’il s’agit de chars Leopard, de fabrication allemande.

Cette annonce de Londres et de Varsovie accentue la pression sur Berlin et sur d'autres gouvernements pour qu'ils rejoignent cette initiative. Mais l’Allemagne hésite encore à transférer de tels blindés. Elle craint une escalade majeure de la guerre qui pourrait éventuellement entraîner l'OTAN dans le conflit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En cas de réélection de Donald Trump, l'UE sera confrontée "à de multiples chocs politiques"

État de l'Union : Le sommet de l'OTAN de Biden et la mission de paix autoproclamée d'Orban

State of the Union : "course contre la montre" au Soudan