L’Union européenne face à une pénurie de médicaments

Access to the comments Discussion
Par Aida Sanchez Alonso
Certains médicaments ne sont plus disponibles
Certains médicaments ne sont plus disponibles   -   Tous droits réservés  Leon Keith/AP

L'Union européenne connaît des pénuries de médicaments. Les antibiotiques, comme l'amoxicilline, ou les produits contre le rhume, la grippe et autres infections respiratoires sont parmi les plus touchés. Il en va de même pour les traitements pédiatriques.

La situation est considérée comme critique dans la plupart des pays membres. Si les traitements ne sont pas menacés dans les pharmacies, les experts appellent tout de même les citoyens à ne pas constituer de réserve.

"Les principales causes identifiées sont la forte augmentation de la demande due à la multiplication des infections respiratoires et à l'insuffisance des capacités de production. Comme ces produits sont autorisés au niveau national, les autorités compétentes des Etats membres mettent déjà en place des mesures d'atténuation", explique la Commissaire européenne en charge de la Santé, Stella Kyriakides.

Ces dispositions comprennent la vente de génériques ou de molécules similaires si le médicament original fait défaut. Certains gouvernements optent pour la modification de certaines formulations, comme la conversion de sirops en comprimés, ou inversement, pour permettre aux enfants d'obtenir la médication indiquée.

"La disponibilité des formulations pédiatriques est généralement inférieure à celle des comprimés ordinaires que l'on (adulte) peut avaler. Avec les infections ciblant les enfants, la pression sur la disponibilité de la formulation pédiatrique est plus élevée que pour les formulations pour adultes", précise Steffen Thirstrup, chef du bureau médical de l’Agence européenne des médicaments.

Une étude récente en Espagne indique par exemple que les pénuries ont progressé de 38% en un an. L'inflation, la hausse des prix de l'énergie, la crise des matières premières et l'impact de la pandémie de covid-19 expliquent ce phénomène.

L'UE cherche de son côté des réponses à des difficultés mondiales. La première solution revient à diversifier les fournisseurs, explique la secrétaire générale du Groupement pharmaceutique de l’UE, Ilaria Passarani.

"Il serait utile de rapatrier en Europe la production de certaines matières critiques, les ingrédients pharmaceutiques actifs, par exemple", ajoute-t-elle. "Mais nous ne pouvons pas ramener en Europe la production de toutes les matières que nous utilisons pour les médicaments. Ce n'est pas réaliste".

Un tel mouvement ne serait d’ailleurs pas sans conséquence pour les personnes malades. Cela entraînerait une "augmentation possible des prix liée au respect des lois environnementales, des lois du travail, qui ne sont pas nécessairement respectées dans d'autres pays", poursuit Ilaria Passarani.

La Commission européenne proposera en mars une révision de la législation sur les médicaments. Elle devrait comprendre un renforcement des obligations sur l'approvisionnement, des notifications plus rapides de pénurie et une transparence accrue des stocks.