L’UE appelle les présidents chinois et brésilien à se rendre en Ukraine avant de parler de paix

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell Tous droits réservés European Union 2023.
Par Jorge Liboreiro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE dénoncent les propos de l’ambassadeur chinois à Paris sur la souveraineté de certains pays. Ils appellent aussi Pékin et Brasilia à se rendre en Ukraine pour voir la réalité du terrain.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie européenne interpelle la Chine et le Brésil. Josep Borrell appelle les présidents chinois et brésilien à se rendre en Ukraine pour voir la guerre "à travers les yeux de ceux qui ont été bombardés" avant de s'engager dans d'autres de paix.

Pékin et Brasilia se positionnent comme des médiateurs dans cette guerre. Mais leurs propositions ont été largement critiquées par les alliés occidentaux qui les considèrent comme partiales, incomplètes et favorables à la Russie.

Un document en 12 points proposé par la Chine appelle à la cessation des hostilités et à la protection des centrales nucléaires. Mais le texte ne reconnaît pas l'occupation des territoires ukrainiens.

Il évite soigneusement d'utiliser les termes "guerre" ou "d'invasion" pour décrire la situation à l'intérieur du pays, préfère parler de "crise". Le document appelle à l'abandon de la "mentalité de la guerre froide" et des "sanctions unilatérales".

Bien que mal accueilli en Occident, le plan de Pékin a été salué par le président brésilien. Lula da Silva a aussi suscité la controverse ces derniers jours en suggérant que les États-Unis et l'Union européenne alimentaient la guerre en continuant à fournir des armes à l'Ukraine.

À l'issue d'une réunion des ministres des Affaires étrangères à Luxembourg, Josep Borrell a répondu aux deux pays.

"Je veux rappeler l'horrible situation sur le terrain à tous ceux qui appellent à la paix maintenant. Moi aussi, j'appelle à la paix", a déclaré le responsable espagnol.

"Mais il doit s'agir d'une paix juste et, en attendant, nous continuerons à soutenir la défense de l'Ukraine", a-t-il poursuivi.

"Récemment, des idées ont été lancées par la Chine et le Brésil. Pour un effort de paix crédible et honnête, il faut parler à Kyiv et se rendre sur place pour voir l'agression à travers les yeux de ceux qui ont été bombardés".

Les présidents chinois et brésilien ne se sont pas rendus en Ukraine depuis le début de l'invasion à grande échelle.

Les dirigeants européens ont encouragé Xi Jinping à au moins téléphoner à son homologue ukrainien Volodymr Zelensky, mais le dirigeant chinois ne s'y est pas engagé.

Le refus du dirigeant chinois contraste fortement avec les liens qu'il entretient avec le président russe Vladimir Poutine.

"Il faut être très clair sur ce qui se passe", a insisté Josep Borrell.

"Il y a un agresseur qui a violé la Charte des Nations Unies et envahi un autre pays. Et il y a une victime de cette agression".

Il a ensuite ajouté que l'UE ne pouvait accepter "ce type d'approche bienveillante" où les deux parties semblent être également responsables de la guerre.

"On ne peut pas mettre sur le même plan l'agresseur et l'agressé, et c'est pourquoi nous soutenons l'Ukraine", a-t-il déclaré.

S'exprimant plus spécifiquement sur la position très controversée de la Chine, Josep Borrell a exhorté Pékin à appliquer les règles internationales "intégralement" et "non pas de manière sélective".

"En ce qui concerne la guerre injustifiée de la Russie contre l'Ukraine, la Chine, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, a la responsabilité de défendre la Charte des Nations Unies", a-t-il souligné.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie européenne estime que les 27 pays de l'UE devaient réévaluer la stratégie unifiée de l'UE à l'égard de la Chine afin de prendre en compte tous les développements de ces dernières années.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : Volodymyr Zelensky dénonce une attaque "barbare"sur un musée de Koupiansk

Nicolas Schmit, candidat socialiste à la présidence de la Commission européenne

Euronews se déploie en force pour les élections européennes qui s'annoncent décisives