Ouverture à Bruxelles d'une exposition sur les agressions sexuelles avec les tenues des victimes

L'exposition, organisée par l’initiative Spotlight, est à voir jusqu'au 1er juillet au Parlement bruxellois.
L'exposition, organisée par l’initiative Spotlight, est à voir jusqu'au 1er juillet au Parlement bruxellois. Tous droits réservés Euronews/ Elly Laliberte
Tous droits réservés Euronews/ Elly Laliberte
Par Alice TideyYolaine de Kerchove (traduction)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'exposition intitulée "What Were You Wearing ?" (Qu’est-ce que vous portiez ?) fait référence à la question souvent posée par les enquêteurs aux victimes d'agressions sexuelles.

PUBLICITÉ

L'exposition "What Were You Wearing ?" (Qu’est-ce que vous portiez ?) vise à mettre fin à la honte des victimes et à sensibiliser le public aux violences sexuelles.

Plus de 100 tenues portées par des victimes de violences sexuelles, y compris des couches et des blouses d'hôpital, sont exposées à Bruxelles.

Pour Nahla Valji, responsable mondiale de l'initiative Spotlight, dirigée par les Nations Unies et à l'origine de l'exposition, cette présentation prouve non seulement que "ce que portait une femme n'a pas d'importance", mais aussi que ce type de violence est très répandu dans la société.

"Si vous regardez ces tenues, nous avons entendu des personnes nous faire part de leur réaction émotionnelle brutale, nous avons une couche, des vêtements d'enfants, des blouses d'hôpital, des tenues de tous les jours qui démontrent vraiment qu'il s'agit d'un crime de violence et de brutalité qui doit être abordé", ajoute-t-elle.

Le nom de l'exposition, "What Were You Wearing ?" (Qu’est-ce que vous portiez ?), fait référence à "une question que trop de victimes se voient poser lorsqu'elles se présentent à la police pour signaler leur crime ou lorsqu'ils le signalent à leurs amis et à leur famille", souligne Nahla Valji.

Cette exposition a été organisée il y a un an à New York et a été déplacée à Bruxelles en raison des liens actuels avec l'Union européenne, qui a fait don de 500 millions d'euros pour cette initiative.

Selon Nahla Valji, cette relation a aidé la cause, mais l'initiative, qui a des programmes dans 25 pays à travers le monde, veut s'étendre.

L'initiative Spotlight s'intéresse aux lois, aux politiques, aux réformes institutionnelles en coopération avec les organisations de femmes.

Grâce à ses programmes actuels, l’association veut sauver la vie de deux femmes ou filles par jour et de 140 000 enfants d'ici à 2025. Elle veut aussi prévenir efficacement la violence à l'encontre de 21 millions de femmes et de filles d'ici à 2025.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Miss Univers se distancie de sa franchise indonésienne après des plaintes pour harcèlement sexuel

Restaurer la crédibilité des systèmes électoraux

Exclusif : Michel espère que l'attaque israélienne apparente contre l'Iran mettra fin à l'escalade