EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L’appel lancé de Bruxelles contre la corruption au Liban

Manifestation contre les restrictions bancaires et la corruption
Manifestation contre les restrictions bancaires et la corruption Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement européen accueillait mardi un débat sur l’avenir du pays et le rôle que peut jouer l’UE.

PUBLICITÉ

L'avenir du Liban était au centre d'un débat mardi au Parlement européen. Opposant, magistrat, responsables politiques européens étaient présents à Bruxelles pour dresser un constat sans appel : le futur du Liban doit passer par la fin de la corruption.

Les participants soulignent que le phénomène gangrène la classe dirigeante dans son ensemble et le secteur financier du pays.

Omar Harfouch dénonce depuis longtemps ces détournements. Il est aujourd'hui accusé de trahison par la justice de son pays.

"Je suis poursuivi par le tribunal militaire libanais, alors que je suis civil, pas militaire, pour des faits qui sont très anciens qui remontent à 2004, qui disent que j'ai été en compagnie de journalistes étrangers dont une qui portait la nationalité américaine, mais aussi israélienne. Et les citoyens libanais n'ont pas le droit d'être en présence de quelqu'un qui porte la nationalité israélienne", explique-t-il

Omar Harfouch risque jusqu'à 15 ans de prison, voire la peine de mort, car la justice libanaise le poursuit pour d'autres faits similaires.

Mais au-delà des dénonciations, les participants au débat voulaient aussi insister sur l’importance de réinstaurer des valeurs démocratiques et l’Etat de droit dans le pays.

La sénatrice française Nathalie Goulet estime qu’il "faudrait une république qui soit laïque", mais elle reconnaît qu’il s’agit d’une solution à long terme.

"Pour l'instant ce qu'il faut commencer, c'est couper les têtes des gens qui sont à la tête des banques et des organismes, il faut conditionner les financements" européens, insiste-t-elle.

Présents au Parlement européen, les participants demandent à l'institution la mise en place d'une commission d'enquête afin de pouvoir tracer l'usage des fonds déboursés par l'Union européenne en faveur du Liban.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Liban : la voiture du ministre de la Défense atteinte par une balle

Le Liban commémore l'explosion au port de Beyrouth sans grand espoir de justice

Dernière visite dans les pays Baltes pour Josep Borrell