PUBLICITÉ

Incertitudes en Espagne après les résultats des élections législatives

Popular Party leader Alberto Nunez Feijoo leaves a polling station after voting in Madrid - Derechos de autor Manu Fernandez/AP
Popular Party leader Alberto Nunez Feijoo leaves a polling station after voting in Madrid - Derechos de autor Manu Fernandez/AP Tous droits réservés Manu Fernandez/AP
Tous droits réservés Manu Fernandez/AP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En obtenant suffisamment de sièges au Congrès, la droite et l'extrême droite Vox pourraient faire alliance pour obtenir la majorité absolue. Après le dépouillement de 97% des votes, toutefois, elles n'avaient pas obtenu le seuil de 176 sièges.

PUBLICITÉ

Les élections législatives espagnoles laissent planer le doute sur le prochain gouvernement. La droite n'a obtenu que 169 sièges et la gauche 153, tous deux loin de la majorité absolue.

Vox n'a pas renouveler son succès de 2019

Les élections de dimanche pourraient conduire à une impasse politique dans le pays, car les candidats du PP et du PSOE n'ont pas assez de sièges pour que leurs leaders puissent être finalement assermentés en tant que président du gouvernement. Le candidat du PP, Alberto Núñez Feijóo, a remporté les élections sans répondre aux attentes, car il n'a pas gagné la majorité avec l'extrême droite Vox, qui a obtenu un moins bon résultat qu'en 2019. 

Pedro Sánchez, quant à lui, s'accroche à la victoire, mais la revalidation de sa position à la tête de l'exécutif dépendra, d'autre part, du maintien du parti indépendantiste catalan Junts de Carles Puigdemont à la Moncloa, étant donné le revers subi par ERC, l'autre parti indépendantiste catalan qui a perdu 6 sièges.

Pedro Sánchez a fait beaucoup mieux que prévu

Avec 94,97 % des voix, le PP a obtenu 136 sièges - 47 de plus qu'il y a quatre ans - et Vox, 33 - 19 de moins - pour un total de 169 députés au Congrès. Un chiffre qui ne leur permet pas de gouverner, même avec l'apport hypothétique du député de l'UPN et de Coalición Canaria, étant donné qu'ils n'atteignent pas les 176 nécessaires pour parvenir à un nouveau gouvernement.

Le bloc de gauche a quant à lui obtenu 153 députés, dont 122 du PSOE, avec Pedro Sánchez qui maintient sa position après sa campagne risquée dans les médias, avec plus de talk-shows que de meetings, et 31 de Sumar, la coalition de 15 partis de Yolanda Díaz.

Les partis nationalistes du Pays Basque EH Bildu sont sur le point de devenir le premier parti de la région. Le grand perdant catalan est l'ERC, probablement parce qu'il a soutenu Pedro Sánchez.

Pour obtenir les 176 sièges, la gauche a besoin de 23 députés supplémentaires et leurs alliés traditionnels au Parlement - ERC, Bildu, PNV et BNG (tous des partis régionaux) - disposent ensemble de 19 sièges. L'investiture de Pedro Sánchez dépendrait donc de la décision de Junts

L'ex-président catalan en fuite en Belgique avait déjà assuré avant le début de la campagne électorale que son parti ne soutiendrait ni Sánchez ni Feijóo, tout reste donc en suspens. Le résultat surprenant est celui d'EH Bildu, qui est sur le point de devenir le premier parti du Pays Basque, tandis que l'ERC est le grand perdant des élections, avec 7 sièges en moins.

Le résultat le plus probable est une nouvelle élection

Avec ces résultats, le Parlement sera dans l'impasse, ce qui, pour l'instant, permettra à Pedro Sánchez de rester à la Moncloa et pourrait conduire à de nouvelles élections.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : manifestation à Madrid en faveur du chef de la droite, Alberto Núñez Feijoo

Législatives en Espagne : plus de 37 millions d'électeurs se rendent aux urnes

Espagne : derniers préparatifs avant les législatives anticipées