EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Pologne : vote d'une loi controversée qui pourrait museler l'opposition

Le président polonais Andrzej Duda, à Vilnius, en Lituanie, le mercredi 5 juillet 2023.
Le président polonais Andrzej Duda, à Vilnius, en Lituanie, le mercredi 5 juillet 2023. Tous droits réservés AP Photo/Mindaugas Kulbis
Tous droits réservés AP Photo/Mindaugas Kulbis
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le texte prévoit la création d'une commission chargée de vérifier si, entre 2007 et 2022, des hommes politiques ont pris des décisions sous l'influence de la Russie.

PUBLICITÉ

Les législateurs polonais ont voté vendredi en faveur d'une loi amendée mais controversée, critiquée par les États-Unis et l'Union européenne.

Le texte prévoit la création d'une commission chargée de vérifier si, entre 2007 et 2022, des hommes politiques ont pris, sous l'influence de la Russie, des décisions susceptibles de menacer la sécurité de la Pologne.

La loi a été proposée en mai par le parti de droite au pouvoir en Pologne, Droit et Justice, ses détracteurs considèrent qu'elle vise principalement le chef de l'opposition et ancien Premier ministre Donald Tusk avant les élections législatives prévues à l'automne.

Suite aux critiques, le président Andrzej Duda a proposé des amendements urgents pour l'atténuer. La chambre basse, ou Sejm, a voté par 235 voix contre 214 et quatre abstentions pour rejeter le veto du Sénat au projet de loi amendé, qui n'a plus qu'à être signé par M. Duda pour entrer en vigueur.

La commission, qui sera composée d'experts mais pas de législateurs, aura le pouvoir d'interdire aux personnes visées d'occuper des postes publics. Certains observateurs affirment que cette loi vise principalement M. Tusk, qui a également été un haut fonctionnaire de l'UE.

Le parti Droit et Justice accuse M. Tusk d'avoir été trop amical envers la Russie et son président Vladimir Poutine en tant que premier ministre entre 2007 et 2014, et d'avoir conclu des accords gaziers favorables à Moscou avant de se rendre à Bruxelles pour présider le Conseil européen entre 2014 et 2019.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sommet de l'OTAN à Vilnius : la Pologne souhaite engager une adhésion accélérée de l'Ukraine

Au sommet de l'UE, Hongrie et Pologne contestent un accord sur la réforme de l'asile