PUBLICITÉ

Reportage dans un squat de migrants à Bruxelles

À Bruxelles, plus de 3 000 migrants sont sans-abri.
À Bruxelles, plus de 3 000 migrants sont sans-abri. Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À seulement 300 mètres des principales institutions européennes, 150 migrants de différentes nationalités vivent entassés dans un squat, dans des conditions inhumaines. Euronews a pu s’entretenir avec l’un d’entre eux : Malik, un Sénégalais de 30 ans.

PUBLICITÉ

Comme Malik, ils attendent tous une réponse à leurs demandes d’asile pour pouvoir obtenir un logement. À Bruxelles, les autorités croulent sous les demandes.

Ici, les migrants vivent dans des conditions hygiéniques déplorables. Une situation que certains déclarent néanmoins préférer à la rue.

Dans deux semaines le bâtiment sera évacué par les autorités belges. Et beaucoup d’entre eux espèrent pouvoir trouver une place d’accueil dans un centre pour migrants. A Bruxelles, plus de 3 000 migrants sont sans-abri.

Une mesure jugée discriminatoire

Pour la plupart d’entre eux, hommes célibataires, les espoirs sont minimes. Le gouvernement belge a récemment décidé de donner la priorité aux femmes, aux enfants, aux familles et aux personnes âgées dans les centres d'accueil pour migrants.

Une décision que les ONG et les migrants jugent discriminatoire. Pour Amnesty International cette décision est politique. En effet, l’ONG estime que la Belgique a les moyens logistiques d’accueillir tous les demandeurs d'asile en les répartissant sur l'ensemble du territoire.

En 2022, 37 000 demandes d'asile ont été déposées en Belgique. C’est 40 % de plus que l'année précédente. L'État belge a lui été condamné cette année pour non-respect des droits de l'homme des migrants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Crise migratoire à Lampedusa : Ursula von der Leyen sur place ce dimanche

Militants et migrants se mobilisent contre la décision du gouvernement belge en matière d'asile

No Comment : le centre d'accueil de Lampedusa au bord de l'asphyxie