EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L’UE rappelle son représentant à Vienne pour ses propos sur les achats de gaz russe par l'Autriche

Martin Selmayr a été secrétaire général de la Commission européenne sous la direction de Jean-Claude Juncker.
Martin Selmayr a été secrétaire général de la Commission européenne sous la direction de Jean-Claude Juncker. Tous droits réservés Ansotte, Etienne;Shimera;EC - Audiovisual Service;/EU/Etienne Ansotte
Tous droits réservés Ansotte, Etienne;Shimera;EC - Audiovisual Service;/EU/Etienne Ansotte
Par Jorge Liboreiro
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La Commission européenne a adressé un blâme sévère à son représentant à Vienne, Martin Selmayr, après avoir qualifié les achats continus de gaz russe par l'Autriche "d'argent du sang".

PUBLICITÉ

"Oh mon Dieu, 55 % du gaz autrichien continue de provenir de Russie", a déclaré Martin Selmayr mercredi, alors qu'il participait à une discussion lors d'une foire d'art contemporain à Vienne.

"_Cela me surprend parce que l'argent du sang est envoyé en Russie tous les jours avec la facture de ga_z".

Ces remarques inhabituellement directes, rapportées par les médias autrichiens, ont suscité une réaction furieuse du Parti populaire d'Autriche (ÖVP) au pouvoir et ont conduit à la convocation de Martin Selmayr au ministère des Affaires étrangères.

Karoline Edtstadler, ministre des Affaires européennes auprès de la chancellerie autrichienne, a qualifié les remarques sur "l'argent du sang" de "douteuses", "contre-productives" et "complètement partiales".

"Il est regrettable que même un fonctionnaire de l'UE ne semble pas connaître certains faits", a déclaré Karoline Edtstadler, selon le radiodiffuseur public ORF.

Le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), d'extrême droite, qui est actuellement en tête des sondages, a appelé à au renvoi immédiat de Martin M. Selmayr.

Le bureau de Martin Selmayr n'a pas répondu immédiatement à la demande de commentaire d'Euronews.

Inutile et inapproprié

Dans une déclaration partagée avec Die Presse, un journal autrichien, Martin Selmayr a déclaré que ses commentaires étaient une réaction à un homme dans le public qui avait accusé l'Union européenne, et en particulier la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, de "bellicisme" et d'avoir du "sang" sur les mains.

S'adressant aux journalistes vendredi après-midi, Balazs Ujvari, porte-parole de la Commission européenne, a déclaré que le choix des mots de Martin Selymayr était "non seulement inutile mais aussi inapproprié" et qu'il ne respectait pas les normes protocolaires auxquelles les représentants de la Commission sont censés se conformer.

Le représentant de l'UE a été convoqué pour des consultations avec son supérieur hiérarchique et arrivera à Bruxelles "dans un avenir proche", a confirmé le porte-parole.

"La diplomatie n'est pas seulement une question de contenu, mais aussi de ton. Les envoyés (...) doivent peser chaque mot avec soin car ils jouent un rôle important en tant que messagers de confiance entre nous et le gouvernement hôte", a déclaré Balazs Ujvari.

"C'est une chose de faire valoir un point de vue sur le fond, c'en est une autre de savoir comment nous le faisons".

Balazs Ujvari a refusé d'entrer dans ce qu'il a appelé des "discussions linguistiques" pour clarifier ce qui rendait exactement les commentaires sur "l'argent du sang" si inadéquats et en quoi ils différaient des déclarations précédentes faites par d'autres fonctionnaires de l'UE appelant à la fin des combustibles fossiles russes.

"Les mêmes règles s'appliquent à tous les membres du personnel. Ce que nous attendons de nos membres du personnel, c'est qu'ils s'expriment avec proportionnalité et discrétion et qu'ils choisissent leurs mots avec soin. Je pense que cela ne dépend pas du pays (où ils résident)", a répondu Balazs Ujvari.

Interrogée sur la question de savoir si la défense d'Ursula von der Leyen justifiait ce langage, Dana Spinant, porte-parole adjointe de la Commission, est intervenue pour faire une mise au point.

"Il est important que lorsque nous défendons l'Europe ou les actions de la Commission européenne (...) nous le fassions en utilisant un ton et une formulation qui maintiennent les canaux de communication ouverts avec les pays où nos envoyés sont affectés. Si nous sommes insultés, ce qui arrive parfois, il est important de ne pas répondre par les mêmes moyens", a souligné Dana Spinant, précisant qu'elle ne se référait pas au cas spécifique en question.

"En général, nous devons être sobres lorsque nous entamons des conversations".

Les porte-parole ont ajouté que la Commission s'était engagée dans des discussions bilatérales avec le gouvernement autrichien avant d'émettre sa réprimande publique.

PUBLICITÉ
JOE KLAMAR/AFP or licensors
Austria continues to buy gas from Russia, which has not been prohibited under EU sanctions.JOE KLAMAR/AFP or licensors

Une dépendance bien documentée

Ce n'est pas la première fois que l'Autriche fait l'objet d'un examen minutieux pour sa dépendance continue au gaz russe, qu'elle obtient par le biais d'un gazoduc que le Kremlin maintient ouvert. Contrairement au charbon et au pétrole, les importations de gaz russe ne sont pas interdites par les sanctions de l'UE.

Avant le début de l'invasion, l'Autriche achetait près de 80 % de son gaz à la Russie, une proportion qui a commencé à diminuer au lendemain de la guerre. Ces derniers mois, cependant, la part a augmenté et pour atteindre 60 % en juin.

L'augmentation de la dépendance a fait l'objet d'une vaste couverture médiatique, notamment par Euronews**,** Le Monde et le New York Times, et a fait de l'Autriche l'une des rares exceptions dans l'Union européenne, où la plupart des États membres ont pris des mesures coûteuses pour s'affranchir des importations d'énergie de la Russie.

La Commission européenne a mis en place un plan, baptisé REPowerEU, visant à sevrer complètement l'Union des combustibles fossiles russes et à accélérer considérablement le déploiement des systèmes renouvelables.

Kadri Simson, Commissaire européen à l'Energie, a exhorté les États membres à supprimer progressivement toutes les importations de gaz en provenance de Russie et à éviter de signer de nouveaux contrats à l'expiration des accords existants.

PUBLICITÉ

"L'approvisionnement en gaz a été utilisé comme moyen de pression pour faire chanter et diviser les États membres, afin d'affaiblir leur détermination à s'opposer à une guerre injuste et illégale",a déclaré en mars la responsable estonienne.

"De telles actions ont clairement montré que l'Union devait mettre un terme à la dépendance massive à l'égard de la Russie, qui s'est construite au fil des décennies".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ouverture du procès de l'ex-chancelier autrichien

Les achats de GNL russe par l'UE ont augmenté de 40 % par rapport aux niveaux d'avant-guerre

Malgré la guerre, les Ukrainiens célèbrent le solstice d'été