EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

État de la démocratie : où les pays européens se situent-ils ?

DOSSIER : Le dépouillement commence à Glasgow lors des élections générales britanniques de 2019, jeudi 12 décembre 2019.
DOSSIER : Le dépouillement commence à Glasgow lors des élections générales britanniques de 2019, jeudi 12 décembre 2019. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Servet Yanatma
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Europe conserve son statut de région la plus performante au monde en matière de démocratie, mais des reculs sont observés dans de nombreux pays, selon le rapport mondial sur l'état de la démocratie 2023.

PUBLICITÉ

Les fondements de la démocratie s'affaiblissent dans le monde entier. C’est le sens du rapport de l'Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale (International IDEA), une organisation intergouvernementale basée à Stockholm. La moitié des pays souffre d'un recul démocratique, notamment en ce qui concerne l'État de droit et la liberté d'expression.

L'Europe conserve son statut de région la plus performante au monde, mais des reculs sont observés dans de nombreux pays, y compris dans les démocraties établies telles que le Royaume-Uni, l'Autriche et les Pays-Bas.

La détérioration mondiale se poursuit

Le rapport annuel de l'International IDEA examine la santé de la démocratie dans le monde. L’analyse de cette année, intitulé "The Global State of Democracy 2023 Report - The New Checks and Balances", révèle que dans toutes les régions du monde, la démocratie continue de se contracter avec un déclin dans près de la moitié des 173 pays étudiés d'au moins un indicateur clé de la performance démocratique au cours des cinq dernières années, sur la base de 17 mesures allant des libertés civiles à l'indépendance judiciaire.

Cette tendance est accentuée par l'érosion des "contrepoids" formels - élections, parlements et tribunaux - qui s’efforcent de faire respecter la loi et de demander des comptes aux responsables politiques. Cette détérioration survient alors que la crise du coût de la vie, le changement climatique et la guerre de la Russie contre l'Ukraine posent d'énormes défis aux dirigeants élus.

"De nombreux pays luttent aujourd'hui contre les aspects fondamentaux de la démocratie", précise Kevin Casas-Zamora, secrétaire général de l'International IDEA.

"Mais alors que nombre de nos institutions formelles, comme les assemblées législatives, s'affaiblissent, on peut espérer que ces freins et contrepoids plus informels, des journalistes aux organisateurs d'élections en passant par les commissaires chargés de la lutte contre la corruption, pourront lutter avec succès contre les tendances autoritaires et populistes."

Plutôt qu'un classement général, le rapport de cette année range les pays dans quatre grandes catégories de performances démocratiques : État de droit, droits, représentation et participation. Chaque catégorie est échelonnée de 0 à 1; 1 étant la plus démocratique.

Les pays nordiques en tête

Les pays nordiques affichent les meilleures performances démocratiques. Le Danemark est en tête de trois catégories sur quatre dans le monde. La Norvège et la Finlande sont également classées dans le top 10 dans toutes les catégories, et la Suède dans trois catégories.

En 2022, l'Allemagne a également fait preuve de très bonnes performances, elle se situe dans le top 10 dans les quatre catégories.

En tant que démocraties consolidées en Europe, la France et le Royaume-Uni n'ont réussi à atteindre le top 20 que dans deux catégories. En matière d’État de droit, le Royaume-Uni se classe 17e et la France 20e. A propos des droits, la France se classe 27e et le Royaume-Uni 34e.

La Hongrie, la Pologne et la Roumanie affichent les pires performances de l'UE.

En 2022, certains pays membres de l'UE, dans l'est du continent, n'ont pas fait preuve d'une grande performance démocratique. Il s'agit de la Hongrie, de la Pologne et de la Roumanie. Ils ne figurent pas dans le top 50 du classement de l'État de droit.

Quatre pays sont classés comme non-démocratiques en Europe.

Le rapport classe l'Azerbaïdjan, le Bélarus, la Russie et la Turquie parmi les pays non-démocratiques. D'après les résultats, la Turquie fait légèrement mieux que les trois autres pays. Cependant, aucun d'entre eux n'est classé parmi les 100 premiers dans aucune des quatre catégories. "Le groupe clairement non-démocratique composé de l'Azerbaïdjan, du Bélarus, de la Russie et de la Turquie s'est éloigné du reste de l'Europe, affichant des résultats bien inférieurs à la moyenne européenne pour la plupart des indicateurs de démocratie", conclut le rapport.

Évolution au cours des cinq dernières années : des baisses et des hausses

Si les pays européens sont en tête des quatre catégories, des baisses significatives sont notables dans des indicateurs spécifiques de la performance démocratique dans de nombreuses démocraties établies en Europe. Le rapport souligne la détérioration des scores, notamment de l'Autriche, du Luxembourg, des Pays-Bas, du Portugal et du Royaume-Uni.

PUBLICITÉ

Ce déclin affecte plusieurs indicateurs, les plus courants étant l'État de droit et la liberté de la presse. Ces pays restent très performants dans la plupart des domaines, mais "les baisses soulignent l'importance d'une vigilance constante pour protéger la démocratie à l'avenir", selon le rapport.

L'évolution des scores entre 2017 et 2022 indique les baisses et les hausses. Alors que dans le graphique ci-dessus, tous les pays sont représentés, l'International IDEA se réfère uniquement aux changements sur cinq ans avec un niveau de signification statistique de 0,05.

Sur cette base, plusieurs pays européens ont enregistré une diminution significative de l'État de droit. Les scores de sept pays de l'UE dans cette catégorie ont diminué de plus de 0,05 point. Cette baisse est particulièrement significative au Portugal, en Autriche, aux Pays-Bas et en Hongrie. Après le Bélarus, c'est le Royaume-Uni qui a enregistré la plus forte contraction.

L'Autriche et le Royaume-Uni figurent également parmi les pays ayant enregistré une baisse importante dans la catégorie des droits. La France est le troisième pays à avoir connu la plus forte baisse dans cette catégorie.

PUBLICITÉ

L'Allemagne a obtenu des scores très élevés dans toutes les catégories, mais son résultat dans le classement "représentation" a chuté de manière significative.

Malgré les baisses enregistrées en Hongrie et en Pologne, l'Europe centrale a été l'épicentre de la croissance démocratique, devenant la deuxième sous-région la plus performante en matière d'État de droit selon le rapport. La Moldavie, la Lettonie, l'Arménie, la Roumanie et l'Azerbaïdjan ont augmenté leur score de plus de 0,05 point en matière d'État de droit.

Que mesurent ces catégories ?

Les quatre catégories principales examinent différentes dimensions de la performance démocratique.

Les droits sont une mesure agrégée d'un système juridique équitable, du respect des libertés civiles, de la mesure dans laquelle les soutiens matériels et sociaux de la démocratie sont disponibles, et de la mesure dans laquelle l'égalité politique et sociale entre les groupes sociaux et les sexes est réalisée.

PUBLICITÉ

L'État de droit est une nouvelle mesure agrégée introduite cette année (avec des comparaisons à partir de 2021). Il comprend des évaluations de l'indépendance du pouvoir judiciaire par rapport à l'influence du gouvernement, de la mesure dans laquelle les administrateurs publics utilisent leurs fonctions à des fins personnelles, de la prévisibilité de l'application de la loi et de la mesure dans laquelle la population est à l'abri de la violence politique.

La représentation est une mesure globale de la crédibilité des processus électoraux, de l'efficacité des assemblées législatives et de la qualité de la représentation démocratique locale.

La participation est une mesure globale de l'implication des citoyens dans l'expression démocratique pendant et entre les élections. Elle comprend des évaluations du contexte dans lequel la société civile fonctionne, de la force des groupes d'intérêt, du degré d'engagement des citoyens dans les associations et les syndicats, et du taux de participation aux élections nationales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La démocratie est-elle en voie d'extinction ?

Le écoles danoises veut décaler les heures de cours

Leoluca Orlando et Lena Schilling : un demi-siècle de différence, mais des idées similaires