Bruxelles dévoile les plans d'un diplôme européen, mais peine à en expliquer les raisons

Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, et la commissaire européenne à l'éducation, Iliana Ivanova, présentent le projet de diplôme européen.
Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, et la commissaire européenne à l'éducation, Iliana Ivanova, présentent le projet de diplôme européen. Tous droits réservés Jennifer Jacquemart/CCE
Tous droits réservés Jennifer Jacquemart/CCE
Par Mared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Union européenne souhaite créer un "diplôme européen" spécial, reconnu dans toute l'Union européenne. Mais le côut de ce cursus et sa reconnaissance se heurtent à plusieurs obstacles.

PUBLICITÉ

Dans le cadre de cette proposition, présentée mercredi, les universités des pays de l'UE s'associeraient pour proposer des programmes d'études conjoints au niveau de la licence, du master ou du doctorat, qui déboucheraient sur des diplômes portant la marque de l'UE et reconnus dans l'ensemble de l'Union.

Le programme serait ouvert aux établissements privés et publics des États membres de l'UE, avec la possibilité pour les universités des pays partenaires d'Erasmus+ de s'y associer également.

Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, s'est déclaré "convaincu", lors de la présentation du projet, que le diplôme européen constituait la "prochaine grande avancée" permettant de rendre les avantages de l'intégration européenne tangibles pour les citoyens.

"Je ne doute pas (...) que dans quelques années, le diplôme européen trouvera sa place à côté de Schengen, d'Erasmus, du marché unique, de l'euro, en tant que réalisations européennes concrètes", a déclaré M. Schinas aux journalistes.

Iliana Ivanova, la commissaire chargée de l'éducation et de la jeunesse, a déclaré que ce plan répondait aux demandes des étudiants, des universités et des employeurs, et qu'il **renforcerait la compétitivité de l'**Europe en "assurant la place de l'Europe dans la course mondiale aux talents".

Mais malgré leur enthousiasme, les deux hommes ont visiblement eu du mal à expliquer la nécessité de ces nouveaux diplômes ou la manière dont ils fonctionneraient dans la pratique, alors que les journalistes posaient questions sur questions pour obtenir des éclaircissements.

Actuellement, il n'existe pas de reconnaissance automatique des diplômes universitaires à l'échelle de l'UE, ce qui signifie que les étudiants doivent suivre des procédures souvent complexes et coûteuses pour faire reconnaître leurs documents dans un autre pays.

M. Schinas a affirmé que le système n'était pas destiné à "remplacer la reconnaissance des diplômes ou des qualifications professionnelles" d'un seul établissement, mais à offrir une "voie optionnelle" vers un diplôme européen. Il a également déclaré que la perspective d'étudier pour obtenir un diplôme européen dans plusieurs États membres pourrait attirer davantage de talents en provenance de pays extérieurs à l'Union.

Pas de nouveau financement

Pour obtenir un diplôme européen, les étudiants devront étudier dans des universités inscrites dans au moins deux Etats membres différents, mais aucun budget supplémentaire ne sera débloqué pour les aider à le faire.

Interrogé par Euronews sur la possibilité d'exclure les étudiants issus de milieux socio-économiques défavorisés et de perpétuer l'élitisme, M. Schinas a déclaré : "Ce que nous faisons ici aujourd'hui est seulement, contrairement à une approche élitiste", affirmant qu'une telle approche consisterait à n' ouvrir le programme qu'à une certaine catégorie d'universités dans des pays sélectionnés.

"Contrairement à la notion d'élitisme, le programme est ouvert à tous, à toutes les universités de tous les États membres", a ajouté Mme Ilianova.

"Les universités non-européennes comme celles de l'Ivy League sont réellement intéressées par les diplômes européens parce qu'elles y voient une opportunité de gravir les échelons", a ajouté M. Schinas.

Bruxelles estime que le programme complétera Erasmus+, sans doute l'initiative la plus populaire et la plus connue de l'UE, qui permet aux étudiants d'étudier ou de travailler dans d'autres pays européens. L'Union a investi la somme considérable de 26,2 milliards d'euros dans Erasmus pour la période 2021-2027. Les étudiants recevront jusqu'à 390 euros par mois sous forme de bourses financées par l'UE pour les aider à étudier à l'étranger.

Les futurs étudiants pourront utiliser les fonds Erasmus pour obtenir le diplôme européen, a déclaré M. Schinas.

Doutes sur le soutien national

Dans le cadre de l'initiative de la Commission, les universités s'inscriraient au programme sur une base purement volontaire et ne recevraient aucun nouveau financement. Toutefois, elles réaliseraient des économies en mettant leurs ressources en commun.

Le programme comporte deux étapes :

  • La première est la création d'un label européen, qui permettrait d'attester qu'un programme de diplôme conjoint répond aux exigences du diplôme européen.
  • La seconde est un diplôme européen à part entière qui serait délivré conjointement par plusieurs universités de différents États membres. Pour ce faire, les États membres devront modifier leur législation nationale.

L'Association européenne de l'université a déclaré qu'elle accueillait favorablement le projet de la Commission, mais que son succès "dépend avant tout de la mise en œuvre, dans toute l'Europe, des outils et des instruments relatifs aux programmes conjoints qui existent déjà".

Le dévoilement de la proposition n'est qu'une première étape vers l'élaboration d'un plan global. Les travaux s'intensifieront au cours du second semestre de cette année, a déclaré un fonctionnaire européen, ce qui signifie qu'ils seront du ressort de la présidence hongroise du Conseil de l'UE.

PUBLICITÉ

Plus de 30 instituts hongrois sont actuellement suspendus du programme phare de l'UE, Erasmus+, en raison de préoccupations concernant leur autonomie par rapport au gouvernement, dans le cadre d'une épreuve de force qui a entraîné une nouvelle détérioration des relations entre Bruxelles et Budapest.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Hongrie prête à négocier pour ne pas perdre les fonds Erasmus

Macédoine du Nord : une candidate de droite arrive en tête du scrutin

Une attaque russe contre l'OTAN se solderait par une défaite pour Moscou (Radek Sikorski)