EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Menace terroriste sur les quarts de finale de Ligue des champions

Le stade de Londres fait partie des quatre enceintes visées par le message du groupe Etat islamique.
Le stade de Londres fait partie des quatre enceintes visées par le message du groupe Etat islamique. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le groupe Etat islamique menace sur les réseaux sociaux les quatre villes où doivent se tenir les quarts de finale de la Ligue des champions. Les services de police et de renseignements sont sur le qui-vive.

PUBLICITÉ

Menace réelle ou pas, le message a réveillé un début de psychose chez certains supporteurs. Al Azaim Foundation, l'organe de propagande chargé de relayer la communication de l’Etat islamique a diffusé une affiche effrayante sur les réseaux sociaux menaçant d'attentat les quatre stades qui vont accueillir les matchs des quarts de finale de la Ligue des champions ces prochains jours. 

Sont concernés l’Emirates Stadium pour le match Arsenal-Bayern, Santiago-Bernabeu pour Real Madrid-Manchester City, ce mardi soir et le Parc des Princes pour PSG-Barcelone et le Wanda Metropolitano pour Atlético-Dortmund, mercredi soir.

Le message diffusé est on ne peut plus explicite : "tuez-les tous" est-il écrit, avec un djihadiste portant une arme automatique. 

Depuis, les autorités françaises ont alerté leurs homologues anglais et espagnols via Interpol, selon les informations de la radio Europe 1. A Paris, la sécurité autour du Parc des Princes pourrait être renforcée d’ici à mercredi soir.

Côté espagnol, les médias locaux rappellent que plus de 3 000 membres des forces de sécurité seront mobilisés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Proche-Orient : Chypre répond aux menaces du Hezbollah

Les libéraux et l'extrême droite se disputent la troisième place au Parlement européen

Les bombardements russes ravagent les villes ukrainiennes près de la frontière