EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Deux hommes d'affaires russes liés au groupe Alfa gagnent un procès sur les sanctions de l'UE

AP Mikhail Fridman
AP Mikhail Fridman Tous droits réservés AP Photo/Pavel Golovkin
Tous droits réservés AP Photo/Pavel Golovkin
Par Euronews avec AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sanctions contre la Russie : deux hommes d'affaires russes gagnent leur procès contre l'UE

PUBLICITÉ

Les hommes d'affaires russes Mikhail Fridman et Petr Aven ont gagné un procès mercredi concernant la décision de l'Union européenne de les sanctionner pour leur rôle présumé dans la guerre de la Russie contre l'Ukraine.

La Cour générale de l'UE a déclaré qu'un manque de preuves justifiait leur retrait de la liste des personnes soumises à des mesures restrictives entre février 2022 et mars 2023.

Fridman est le fondateur du groupe Alfa et est classé parmi les magnats les plus riches de Russie. La banque Alfa du groupe, la plus grande banque non étatique de Russie, a été sanctionnée par l'UE en mars 2022 et Fridman a ensuite quitté le conseil d'administration pour essayer d'aider la banque à contourner les sanctions. Aven dirigeait la banque Alfa jusqu'en mars 2022, mais comme Fridman, il a quitté le conseil d'administration après que l'UE ait imposé des sanctions.

L'UE a maintenu Aven et Fridman sur les listes de mesures restrictives en mars de l'année dernière. Les deux ont également contesté cette décision dans des affaires séparées toujours en cours.

L'UE a imposé plusieurs sanctions à la Russie depuis que Poutine a ordonné à ses troupes d'entrer en Ukraine. Les mesures ont ciblé le secteur de l'énergie, les banques, la plus grande entreprise mondiale de production de diamants, les entreprises et les marchés, et ont soumis les responsables russes, y compris le président russe Vladimir Poutine, à des gels d'actifs et à des interdictions de voyage.

Aven, de nationalité russe et lettone, et Fridman, titulaire de passeports russe et israélien, ont été placés sur la liste des mesures restrictives après le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022.

Le duo a contesté la décision et la Cour générale a déclaré que leur inclusion n'était pas justifiée car il n'y avait pas suffisamment de preuves qu'ils avaient apporté un soutien matériel ou financier aux décideurs russes où étaient associés aux efforts de guerre contre l'Ukraine.

"La Cour générale estime qu'aucun des motifs énoncés dans les actes initiaux n'est suffisamment étayé et que l'inclusion de M. Aven et M. Fridman sur les listes en question n'était donc pas justifiée", a déclaré la cour basée à Luxembourg dans un communiqué.

Fridman a qualifié la guerre de tragédie et a demandé que le "bain de sang" prenne fin. Il vivait en Grande-Bretagne, mais serait retourné à Moscou après le début des combats entre Israël et le Hamas.

L'année dernière, le Département du Trésor américain a imposé des sanctions financières contre quatre Russes membres du conseil d'administration du groupe Alfa, dont Aven et Fridman.

Les décisions de la Cour générale peuvent être portées en appel devant la Cour de justice de l'Union européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pour la première fois, l'Union européenne sanctionne le gaz naturel liquéfié russe

Bucarest annonce l'envoi à l'Ukraine d'un de ses quatre systèmes de défense antiaérienne

Proche-Orient : Chypre répond aux menaces du Hezbollah