PUBLICITÉ

Marathon de votes pour la dernière session plénière de la législature du Parlement européen

Les eurodéputés doivent se prononcer sur les derniers textes de la législature
Les eurodéputés doivent se prononcer sur les derniers textes de la législature Tous droits réservés Philippe STIRNWEISS/ European Union 2024 - Source : EP
Tous droits réservés Philippe STIRNWEISS/ European Union 2024 - Source : EP
Par Vincenzo GenoveseAida Sanchez Alonso
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les eurodéputés se retrouvent pour la dernière fois de leur mandat en session plénière à Strasbourg. L’hémicycle doit finaliser le vote des textes encore à l’ordre du jour lors de cet ultime rendez-vous avant les élections européennes de juin.

PUBLICITÉ

Le Parlement européen termine ses devoirs à l'occasion de sa dernière session plénière avant les élections européennes. Un marathon a lieu dans l'hémicycle avec 89 textes législatifs et 7 résolutions soumis au vote en quatre jours.

Tous ces scrutins ne se terminent pas nécessairement par une issue satisfaisante pour les eurodéputés, car leurs demandes ou celles de la Commission européenne sont parfois revues à la baisse. 

C'est le cas de la législation sur les travailleurs des plateformes, adoptée à une large majorité. Il s'agit de la première réglementation du genre qui veut répondre à un mouvement qui a entraîné de nombreuses manifestations en Europe. Mais l'enjeu n'a pas suffi à convaincre tous les États membres à se mettre d'accord sur des indicateurs à prendre en compte par les employeurs. Toutefois, le texte changera plusieurs éléments pour ces livreurs.

"Aujourd'hui, ce sont les travailleurs qui doivent aller devant le juge, apporter les preuves, prouver qu'ils sont des employés, disons au lieu d'être des indépendants. Avec la directive, cela change car c'est à la plateforme de prouver devant le juge, d'apporter les preuves, d'assumer la charge administrative de dire non, ce travailleur n'est pas un employé", insiste l’eurodéputée Elisabetta Gualmini (S&D).

Il en va de même pour la première réglementation européenne contre la violence envers les femmes. Malgré la pression du Parlement, le texte ne donne pas de définition commune du viol au niveau de l'UE en raison de l'opposition d'un groupe de gouvernements lors des négociations.

"Ce sont les Premiers ministres, en fait, et les ministres de la Justice qui doivent changer d'avis. Ils utilisent le fait qu'ils ont dit que ce n'était pas une compétence de l'Union européenne, que c'était une question juridique. Ils disposaient donc d'un argument juridique pour s'y opposer. Je pense que cela changera. Mais nous devons les persuader que le viol est un crime d'exploitation sexuelle, qu'il est couvert par les traités et qu'il doit figurer dans la législation européenne", insiste Frances Fitzgerald (PPE).

La législation sur la réduction, la réutilisation et le recyclage des emballages a été approuvée lors de ce marathon parlementaire. Là aussi, le texte adopté se révèle moins ambitieux : la quantité de plastique recyclé dans les nouveaux contenants a été réduite.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russiagate : le Parlement européen "prêt" à lever l'immunité des eurodéputés

Comment fonctionnera le prochain Parlement européen ?

Sondage exclusif : les partis non affiliés auront un rôle crucial dans le nouveau Parlement européen