PUBLICITÉ

Russiagate : le Parlement européen "prêt" à lever l'immunité des eurodéputés

Présidente du Parlement européen Roberta Metsola, 22 avril 2024
Présidente du Parlement européen Roberta Metsola, 22 avril 2024 Tous droits réservés Euronews 2024
Tous droits réservés Euronews 2024
Par Méabh Mc MahonMared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a accordé lundi une interview à Euronews.

PUBLICITÉ

S'exprimant à Strasbourg avant la dernière séance plénière du mandat, Roberta Metsola a évoqué les allégations selon lesquelles des eurodéputés auraient reçu de l'argent d'un réseau soutenu par le Kremlin pour diffuser de la propagande russe en Europe.

Les autorités belges, siège officiel du Parlement européen, ont ouvert une enquête judiciaire sur ces allégations, après une opération menée en mars par la République tchèque qui a mené au démantèlement d'une opération de propagande présumée.

"Nous attendons toujours des informations de la part des autorités nationales, car cela nécessiterait l'adoption d'une levée d'immunité par cette assemblée", a expliqué la présidente du Parlement européen.

"Les enquêtes qui devraient avoir lieu comme nous l'avons fait, comme cela s'est produit dans le passé, nécessiteront que les autorités nationales posent des questions. Nous attendons cela. Et si cela se produit, nous ferons notre travail comme nous l'avons toujours fait", a-t-elle ajouté.

Cette affaire intervient un peu plus de deux mois avant que les électeurs européens ne se rendent aux urnes pour élire les 720 membres du Parlement européen, et que plane le danger de manipulations de l'information par Moscou pour fausser le vote démocratique.

Baptisée Russiagate, cette vaste enquête est le deuxième scandale de corruption qui secoue le Parlement depuis que Roberta Metsola a pris les rênes à mi-mandat.

En décembre 2022, neuf mois seulement après son accession à la présidence, une poignée d'eurodéputés, anciens et actuels, ont été accusés d'avoir reçu de l'argent de responsables qataris, marocains et mauritaniens afin d'influencer les décisions de l'hémicycle en leur faveur.

L'élue maltaise a été personnellement invitée à autoriser une perquisition au domicile de la vice-présidente du Parlement, Eva Kaili, où 150 000 euros en liquide ont été retrouvés en décembre 2022.

Au micro d'Euronews, elle a décrit cette expérience comme un "coup de poing".

Mais elle a assuré que la réaction de son institution avait permis d'éviter que l'action de quelques-uns ne finisse par entacher la réputation du Parlement.

"Ce jour-là, nous avions le choix. Soit nous disons que c'est quelque chose qui arrive dans n'importe quel parlement, soit nous regardons la couleur politique du parti, soit nous regardons le pays concerné", a-t-elle souligné à propos du scandale du Qatargate, qui impliquait principalement des législateurs appartenant au groupe de centre-gauche des Socialistes et Démocrates (S&D).

"Mais j'ai refusé de le faire. J'ai dit : cette assemblée doit aller de l'avant. Cette assemblée doit s'assurer que si quelque chose comme cela devait se reproduire, des pare-feu seraient mis en place et des sonnettes d'alarme seraient tirées", a-t-elle poursuivi.

"Je suis fière de la réaction des députés qui ont dit qu'ils ne voulaient pas que ce mandat, dont l'impact est énorme, soit terni par les actions présumées d'un petit nombre de personnes. Et je pense que c'est là que nous pouvons dire que nous en sommes aujourd'hui".

Metsola est à l'origine d'une réforme de l'éthique visant à combler les lacunes. Les députés européens sont soumis à des règles plus strictes lorsqu'ils acceptent des cadeaux, des voyages payés par des pays tiers, des emplois secondaires et une période de réflexion après avoir quitté leur fonction.

Un accord visant à établir un organe d'éthique chargé d'appliquer les nouvelles règles sera soumis à un vote en plénière jeudi. L'accord est le résultat de négociations entre huit institutions de l'UE et est basé sur une proposition de la Commission faite à la demande du Parlement.

L'intégralité de l'entretien du Global Conversation avec la présidente Roberta Metsola sera diffusée sur Euronews jeudi soir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Marathon de votes pour la dernière session plénière de la législature du Parlement européen

L'assistant d'un eurodéputé allemand arrêté, soupçonné d'espionnage pour la Chine

La Belgique enquête sur un réseau d'influence russe soupçonné d'avoir payé des députés européens