EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Giorgia Meloni : seule Première ministre tête de liste aux élections européennes

Giorgia Meloni s'exprime lors de la dernière des trois journées de la conférence du parti Frères d'Italie avant les élections européennes de juin, à Pescara, Italie.
Giorgia Meloni s'exprime lors de la dernière des trois journées de la conférence du parti Frères d'Italie avant les élections européennes de juin, à Pescara, Italie. Tous droits réservés Roberto Monaldo/LaPresse
Tous droits réservés Roberto Monaldo/LaPresse
Par Marion BasmaEuronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les élections européennes pourraient être un succès pour la Première ministre italienne Giorgia Meloni, du parti national conservateur Frères d'Italie. Elle est créditée à 27 % des votes, selon un sondage Euronews-Ipsos.

PUBLICITÉ

Les élections européennes pourraient être un succès pour la Première ministre italienne Giorgia Meloni, du parti national conservateur Frères d'Italie (Fratelli d'Italia).

Selon le dernier sondage d'Euronews-Ipsos, elle est créditée à 27 % des votes, bien plus que ses rivaux. Le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles sont respectivement crédités à huit et dix points derrière elle.

Elle est la seule Première ministre à conduire une liste aux élections européennes. Mais cette candidature est surtout considérée comme un test de sa force nationale, puisqu'elle n'occupera pas le siège de Strasbourg si elle est élue. "Si vous voulez me dire que vous me faites toujours confiance, j'aimerais que vous le fassiez en écrivant simplement « Giorgia » sur le bulletin de vote. Car je serai toujours l'une d'entre vous." a scandé la candidate lors des trois journées de la conférence du parti Frères d'Italie avant les élections européennes de juin, à Pescara en Italie, dimanche 28 avril.

Dans le prochain Parlement européen, son parti, Frères d'Italie, devrait rejoindre une coalition plus large. Selon Lorenzo Pregliasco, sondeur et fondateur de YouTrend, "Malgré la nette croissance des groupes de droite au niveau européenECR (Conservateurs et réformistes européens) et ID (Identité et démocratie)on s'attend à ce qu'une coalition soit toujours en place et que cette coalition comprenne toujours le PPE, le Parti populaire européen, et le groupe socialiste. Leur nombre diminuera, mais ils constitueront néanmoins le centre, la pierre angulaire de la politique européenne. Y compris dans le nouveau Parlement."

Malgré de bons rapports avec la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, Giorgia Meloni s'est toujours opposée à l'Union européenne. Son programme électoral est une critique de Bruxelles et de la manière dont l'Union a traité les principales problématiques des dernières années : La pandémie de COVID-19, la guerre, ainsi que la crise énergétique et économique.

Toujours durant ses trois journées de conférence à Pescara, en Italie, Giorgia Meloni a affirmé que l'Italie peut changer l'Europe, et qu'elle a déjà commencé à la faire : "Nous l'avons fait, par exemple, sur la question de l'immigration. Si aujourd'hui l'Union européenne ne parle plus de migrations incontrôlées, c'est grâce à ce que l'Italie a fait avec ce gouvernement au cours de l'année et demie écoulée."

En plus de l'immigration, l'un des piliers de son programme électoral est de changer radicalement le Green Deal que son parti considère comme une folie économiquement insoutenable tant pour les agriculteurs que pour les consommateurs. Elle réitère également ses appels à mettre fin à l'immigration clandestine et à accélérer les rapatriements. Mais elle préconise aussi davantage de politiques de protection sociale pour relancer la baisse des taux de natalité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La question migratoire, au cœur de la campagne des européennes en Italie

Proche-Orient : Chypre répond aux menaces du Hezbollah

Les libéraux et l'extrême droite se disputent la troisième place au Parlement européen