EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'économie reste la question la plus préoccupante pour les Espagnols

Ces consommateurs espagnols sur un marché
Ces consommateurs espagnols sur un marché Tous droits réservés Paul White/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Paul White/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Jaime Velazquez
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L'économie a pourtant été reléguée au second plan lors des débats de cette campagne pour les élections européennes.

PUBLICITÉ

Carlos Moreno, affectueusement surnommé "le roi de la pastèque", s'est fait connaître en Espagne pendant une période d'inflation galopante, qui a atteint 15 % après la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Carlos Moreno propriétaire de supermarché
Carlos Moreno propriétaire de supermarchéeuronews

Aujourd'hui, deux ans plus tard, son supermarché bon marché, La Trastienda, reste un refuge pour les Espagnols à la recherche de produits d'épicerie abordables, malgré une récente baisse des prix. M. Moreno explique la situation sans détour : "Les gens ne gagnent pas assez, alors nous devons continuer à baisser les prix de plus en plus."

La reprise économique en Espagne tarde à se faire sentir sur les salaires

Alors que l'Espagne peut se targuer d'avoir l'une des économies à la croissance la plus rapide d'Europe, nombre de ses citoyens sont toujours confrontés au coût élevé de la vie. "Compte tenu de la situation actuelle, ce n'est pas suffisant. Vous voulez trouver un appartement à louer, mais vous ne pouvez pas vous le permettre", déplore un acheteur.

"Quand on voit qu'un litre d'huile au supermarché coûte 10 euros, on se dit qu'on est tous devenus fous", partage un autre client.

Un rayon dans un supermarché espagnol
Un rayon dans un supermarché espagnoleuronews

Plus d'emplois que jamais

Des statistiques récentes révèlent que le taux de chômage est au plus bas depuis 16 ans. Il atteint tout de même 11.5%, l'un des moins bons dans l'UE.

Selon une étude du Centre national d'études sociologiques (CIS), il n'y a jamais eu autant de travailleurs en Espagne et, bien que la plupart des Espagnols affirment que leur situation économique est positive, l'économie reste leur principale préoccupation.

Selon Jorge Galindo, directeur adjoint d'EsadeEcPOL, ce décalage entre les progrès économiques personnels et familiaux et la situation économique générale pourrait être lié aux incertitudes géopolitiques actuelles.

"Nous avons connu une pandémie, une rupture de la chaîne d'approvisionnement. Nous avons connu une guerre sur le sol européen, dans laquelle nous sommes toujours, et nous avons maintenant des élections européennes qui sont plus décisives que jamais. Je pense que c'est évident pour tout le monde ", explique M. Galindo.

Des ouviers en Espagne
Des ouviers en EspagneEuronews

Malgré les chiffres positifs de l'emploi, l'inflation continue d'assombrir les perspectives économiques de nombreux Espagnols. En mai 2024, le taux d'inflation en Espagne s'élevait à environ 4,1 %, ce qui représente une baisse par rapport aux sommets précédents, mais continue d'avoir un impact significatif sur le pouvoir d'achat.

"En Espagne, jusqu'à l'année dernière, il y a eu un gel des salaires considérable visant précisément à maintenir ces derniers à des niveaux modérés afin que l'inflation reste à des niveaux supportables. Et alors que l'inflation est aujourd'hui modérée, on a encore l'impression d'une perte de pouvoir d'achat", ajoute M. Galindo.

Comment l'économie a disparu du menu des partis

Bien qu'il s'agisse de la principale préoccupation des Espagnols, les questions économiques ont à peine pénétré le discours de la campagne électorale des européennes. Les partis espagnols se sont concentrés sur d'autres questions, telles que la loi d'amnistie accordée aux dirigeants catalans, notamment à l'exilé Carles Puigdemont, ou les allégations de corruption à l'encontre de l'épouse du Premier ministre Pedro Sánchez, Begoña Gómez.

Alors que le parti socialiste au pouvoir et le parti populaire dans l'opposition présentent les élections européennes comme un nouvel affrontement entre le bloc de droite et le bloc de gauche, les électeurs risquent de se rendre aux urnes en pensant à leur porte-monnaie. Car, comme le dit le slogan emblématique qui a permis à Bill Clinton d'accéder à la présidence en 1993, "It's the economy, stupid", tout est dans l'économie !

La question de l'économie, souligne M. Galindo, est présente dans la "demande politique", dans l'esprit des électeurs. "Je pense que dans les conversations familiales, dans les bars, l'économie est présente. L'offre politique dans son ensemble devrait donc réfléchir à l'opportunité de l'intégrer davantage dans les conversations, et à ce qu'elle propose ", explique-t-il.

L'impact des fonds européens de nouvelle génération

Les fonds européens de nouvelle génération ont joué un rôle crucial dans la reprise économique de l'Espagne après la pandémie. "Selon les données de suivi du ministère de l'Economie et notre propre analyse à l'ESADE, nous sommes actuellement à mi-chemin de l'exécution de ces fonds. La plupart des fonds ont été alloués par le biais d'appels d'offres et de subventions, principalement à des entités privées. Cela correspond à l'intention initiale des fonds, qui se concentraient sur l'infrastructure, la numérisation et les initiatives vertes", explique M. Galindo.

M. Galindo reconnaît certaines disparités dans la distribution : "Les fonds atteignent certains secteurs plus rapidement en raison de la nature des projets et des voies établies pour la distribution des fonds. Si certains secteurs bénéficient d'un soutien financier plus rapide, d'autres subissent des retards. Toutefois, il s'agit là d'un défi typique des initiatives d'investissement public à grande échelle " précise-t-il.

Perspectives d'avenir : les politiques de l'UE après les élections

Avec les prochaines élections européennes du 9 juin, les perspectives économiques et les politiques pourraient changer de manière significative, comme le prédit M. Galindo. "Prévoir les élections du Parlement européen est incroyablement complexe en raison des systèmes électoraux distincts dans 27 pays. Toutefois, il semble que la coalition centriste, qui a dominé la politique économique de Bruxelles, maintiendra probablement sa position. Cependant, nous assistons à un glissement vers la droite, qui pourrait influencer les décisions de politique économique ", ajoute-t-il.

"Le nouveau Parlement européen devra répondre à la demande d'une plus grande attention portée à la défense et à la compétitivité économique, motivée par une augmentation de l'autonomie stratégique en tant que valeur politique. Ce changement est susceptible d'avoir un impact sur les décisions de politique économique, en particulier en ce qui concerne la transition verte et la numérisation, en les alignant plus étroitement sur la compétitivité ".

M. Galindo souligne également le contexte géopolitique plus large : "Le résultat des élections américaines de novembre jouera également un rôle crucial. Les décisions prises aux États-Unis en matière de leadership et de politique influenceront inévitablement les politiques économiques de l'UE, en particulier dans les domaines de la défense, de la politique industrielle et de la transition verte", ajoute-t-il.

PUBLICITÉ

Équilibrer les règles budgétaires et les demandes d'investissement

Alors que l'Europe sort de l'exceptionnalisme économique de la pandémie, de nouvelles règles fiscales sont mises en œuvre. M. Galindo souligne les défis et les opportunités à venir : "Nous passons de règles fiscales suspendues à un cadre qui permet des investissements publics importants dans la décarbonisation, la défense et la compétitivité. Ces demandes bénéficient d'un large soutien de la part des pays et des partis politiques, ce qui témoigne d'une approche équilibrée de la viabilité budgétaire et des investissements nécessaires ", explique pour terminer M. Galindo.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : le Parti Populaire a lancé sa campagne électorale pour les européennes

Pourquoi le chômage augmente en Espagne et que fait-on pour y remédier ?

L'UE donne son feu vert à un plan historique de restauration de la nature