EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Pologne : la coalition du Premier ministre Tusk conserve l'avantage sur le PiS dans les européennes (sondages de sortie des urnes)

Le Premier ministre polonais Donald Tusk, qui dirige un parti centriste et pro-UE, vote lors de l'élection du Parlement européen, à Varsovie, en Pologne, le dimanche 9 juin.
Le Premier ministre polonais Donald Tusk, qui dirige un parti centriste et pro-UE, vote lors de l'élection du Parlement européen, à Varsovie, en Pologne, le dimanche 9 juin. Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Tamsin Paternoster
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'alliance politique de M. Tusk, la Coalition civique, a maintenu son avance sur le parti populiste de droite Droit et Justice ou PiS, le parti d'extrême droite Confédération entrant au Parlement européen pour la première fois.

PUBLICITÉ

Les premières projections des résultats des élections européennes en Pologne montrent que la Coalition civique de M. Tusk devrait conserver son avance sur son rival Droit et Justice ou PiS, à l'instar des résultats des élections nationales de décembre.

Un sondage Ipsos publié par la chaîne de télévision polonaise TVN24 a montré qu'avec 38 % des voix, l'alliance politique de M. Tusk devrait être en mesure de déléguer environ 21 eurodéputés au nouveau Parlement européen.

Le parti populiste de droite PiS est arrivé en deuxième position avec un résultat prévu de 33,9 %.

Le vote des élections européennes en Pologne a été largement considéré comme un test pour le parti de M. Tusk, qui est arrivé en tête des élections face au PiS pour la première fois en dix ans.

Après avoir formé un gouvernement de coalition à la suite des élections générales de décembre, M. Tusk a cherché à s'imposer, avec son parti, comme une force dominante de la politique polonaise.

Au cours de sa campagne, il a présenté le vote comme un choix entre la sécurité au sein de l'Union européenne et un avenir risqué en dehors de celle-ci.

M. Tusk, ancien président du Conseil européen, a maintenu une position pro-européenne ferme qui contraste fortement avec celle de son rival politique, Jarosław Kaczyński, qui a exprimé sa désapprobation à l'égard de l'Union européenne après avoir voté dimanche à Varsovie.

Les autres partis de la coalition de M. Tusk comprennent le parti de centre-droit Troisième Voie, qui devrait remporter 8,2 % des voix, et le parti de gauche, qui devrait obtenir 6,6 % des voix.

Le parti nationaliste d'extrême droite Confederation devrait également entrer au Parlement européen pour la première fois avec 11,9 % des voix. Il s'agit d'une victoire pour ce parti, qui n'avait pas réussi à atteindre le seuil électoral de 5 % en 2019.

Parti-patchwork composé d'une alliance de plusieurs partis plus à droite du PiS, Confederation comprend des nationalistes, des libertaires et des monarchistes avec des points de vue durs, y compris des positions antisémites et anti-LGBTQ+.

Une participation plus faible qu'il y a cinq ans

Les élections européennes sont le troisième scrutin organisé en Pologne en l'espace de huit mois environ. Le pays a déjà organisé des élections législatives en octobre dernier et des élections locales en avril.

Cette année, le taux de participation aux élections européennes a été de 39 %, soit moins qu'en 2019, où il avait atteint 45,7 %.

Selon Jan Kubik, directeur de l'UCL School of Slavonic and East European Studies à l'University College London, le taux de participation est crucial dans les résultats polonais.

"La faible participation signifie que les gens sont, comme je le soupçonne, plus concentrés sur les questions nationales cruciales. Un taux de participation plus élevé signifie que les gens transposent ces questions nationales plus largement à l'UE", a déclaré M. Kubik.

Sources additionnelles • adaptation : Serge Duchêne

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'influence d'Emmanuel Macron auprès de l’UE vacille

La Pologne va investir 2,3 milliards d'€ pour renforcer sa frontière avec la Russie et le Bélarus

L'UE achève sa réforme des règles en matière d'immigration, malgré le vote négatif de la Pologne et de la Hongrie