EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Exclusif : le parti néerlandais VVD restera dans Renew Europe jusqu'à nouvel ordre

Le Néerlandais Malik Azmani (VVD) et la présidente du groupe Renew Europe, Valérie Hayer.
Le Néerlandais Malik Azmani (VVD) et la présidente du groupe Renew Europe, Valérie Hayer. Tous droits réservés Alexis Haoulot/EP
Tous droits réservés Alexis Haoulot/EP
Par Marta Iraola IribarrenPaula Soler
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le groupe libéral au sein du Parlement européen n'expulsera pas dans l'immédiat le parti néerlandais VVD, malgré la décision de ce dernier d'entrer dans une coalition à quatre avec le parti d'extrême droite PVV de Geert Wilders, ont déclaré deux sources à Euronews.

PUBLICITÉ

Chez Renew Europe, chaque eurodéputé compte, alors que le groupe politique centriste est au coude-à-coude avec le groupe d'extrême droite ECR pour devenir la troisième force au Parlement européenpour les cinq années à venir.

Or, Renew Europe devait voter sur l'expulsion du parti néerlandais VVD immédiatement après les élections, mais suite à la lourde perte de 21 sièges, les eurodéputés du groupe parlementaire ont préféré reporter la décision jusqu'à nouvel ordre.

Le groupe pourrait néanmoins envoyer une mission d'observation aux Pays-Bas - pour vérifier que le parti n'enfreint aucun des principes fondamentaux chers aux libéraux.

Une telle décision contredirait un précédent engagement de la présidente du groupe, Valérie Hayer, dont le parti français Renaissance a subi des pertes majeures au profit du Rassemblement national de Marine Le Pen lors du scrutin européen du 9 juin.

Pendant sa campagne, Valérie Hayer a en effet signé une déclaration au nom de Renew Europe dans laquelle les dirigeants des groupes Socialistes et Démocrates (S&D), Verts et Gauche s'engageaient à "ne jamais coopérer ni former de coalition avec les partis d'extrême droite et radicaux, à quelque niveau que ce soit".

Valérie Hayer, présidente du groupe européen Renew Europe, pendant son discours de préparation du Conseil européen des 21 et 22 mars 2024, le mardi 12 mars 2024 à Strasbourg.
Valérie Hayer, présidente du groupe européen Renew Europe, pendant son discours de préparation du Conseil européen des 21 et 22 mars 2024, le mardi 12 mars 2024 à Strasbourg.Jean-Francois Badias/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Cet engagement n'a toutefois fait l'objet d'aucune consultation interne au sein du parti et n'a été pris que par la présidente du groupe.

Comment Renew Europe en est-il arrivé là ?

En novembre dernier, les électeurs néerlandais ont donné la victoire au parti d'extrême droite de Geert Wilders, qui a obtenu 23,5 % des voix lors des élections générales aux Pays-Bas.

Après des mois de négociations infructueuses, le VVD, le parti du Premier ministre néerlandais sortant Mark Rutte, a annoncé qu'il était parvenu à un accord de coalition avec le Parti de la Liberté (PVV) de Geert Wilders, le Nouveau contrat social (NSC) de centre-droit et le mouvement populiste des agriculteurs-citoyens (BBB).

Suite à cette annonce, Valérie Hayer a déclaré aux médias français que le VVD avait pris ses distances avec les valeurs de Renew Europe et que le groupe allait décider ensemble de la marche à suivre.

Cependant, aucune motion officielle pour expulser le parti néerlandais n'a été présentée à Renew Europe, et une source du groupe a déclaré à Euronews que Renew ne prenait pas de telles "décisions drastiques" à moins qu'il n'y ait un crime ou une enquête officielle.

Lors des élections de juin, le parti de Geert Wilders (PVV) a remporté sept sièges au Parlement européen, et a rejoint le groupe d'extrême droite Identité et Démocratie (ID), qui compte actuellement 58 eurodéputés.

Les négociations sur la composition finale des groupes parlementaires sont toujours en cours, la date limite étant fixée au 4 juillet.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mark Rutte devrait être le prochain chef de l'OTAN après le retrait de Klaus Iohannis

L'eurodéputée française Valérie Hayer élue présidente du groupe libéral Renew Europe

Pourquoi l'extrême-droite de Geert Wilders est-elle un recours pour de plus en plus de Néerlandais ?