EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Une nouvelle espèce de dinosaure exposée au Danemark

Cette nouvelle espèce de dinosaure a été baptisée Lokiceratops.
Cette nouvelle espèce de dinosaure a été baptisée Lokiceratops. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le crâne d'une nouvelle espèce de dinosaure herbivore à cornes, un lointain ancêtre du Triceratops est désormais exposé au Danemark.

PUBLICITÉ

Ancêtre du Triceratops, le Lokiceratops était un dinosaure herbivore à cornes qui vivait il y a 78 millions d'années dans ce qui est aujourd'hui l'Amérique du Nord. Le crâne du dinosaure a été découvert dans le nord du Montana, près de la frontière américaine avec le Canada, en 2019.

Il est maintenant exposé au Musée de l’évolution du sud du Danemark.

"Nous savons qu'il s'agit d'un nouveau dinosaure, que c'est un dinosaure à cornes. Et, en tant que tel, c'est extrêmement important car les nouveaux dinosaures sont toujours importants", explique Christoffer Knuth, directeur du musée.

Les experts estiment que le Lokiceratops mesurait plus de six mètres de long et pesait environ 5 tonnes. Mark Loewen, un paléontologue de l'Université de l'Utah, a nommé la nouvelle espèce Lokiceratops rangiformis en raison de ses cornes inhabituelles et incurvées en forme de lame – un clin d'œil au casque du dieu nordique Loki. Mais aussi à cause des cornes asymétriques au sommet de son crâne qui rappellent les bois de caribou.

Les experts affirment que Loki a été extrait de la même couche rocheuse que plusieurs autres espèces de dinosaures, ce qui suggère que de nombreux dinosaures différents vivaient côte à côte il y a 78 millions d'années.

"Nous savons en fait que la diversité dans le nord du Montana, aux États-Unis, était très, très élevée à la fin du Crétacé", explique Loewen. "Nous commençons à en apprendre davantage sur les relations au sein de la famille des cératopsiens grâce à ce spécimen." "Nous savons maintenant que… des dinosaures similaires pourraient vivre ensemble, sans se concurrencer, c'est donc assez nouveau", ajoute je directeur du musée.

Les paléontologues ont reconstitué le crâne de Loki à partir d’innombrables fragments. Après avoir tout reconstitué, ils ont réalisé que Loki était une nouvelle espèce de dinosaure. La découverte a été publiée dans la revue scientifique Peerj le jeudi 20 juin dernier. "C'était un travail gigantesque d'assembler les petits morceaux", raconte Christoffer Knuth.

"Il était en quelque sorte éparpillé, comme si vous aviez un vase chinois, un vase neuf, et que vous l'aviez laissé tomber, et qu'il était partout sur le sol."

Lokiceratops est maintenant exposé au Musée de l'Évolution, situé dans l'enceinte du parc safari de Knuthenborg, dans le sud du Danemark. Le musée a dévoilé jeudi son dernier ajout : un imposant squelette de Camarasaurus de 13 mètres de long, un dinosaure au long cou semblable à Diplodocus.

Découvert dans un ranch de bétail du Wyoming en 2017, il vivait durant la période jurassique, il y a entre 155 et 145 millions d'années. "Il a été retrouvé exactement dans la même position que celui dans lequel il est mort", explique Knuth. "Et très probablement, il est mort dans une zone marécageuse ou dans un ruisseau ou une rivière au courant lent. Il a coulé au fond, s'est recouvert de sédiments, de boue, et personne ne l'a donc mangé. Et puis 150 millions d’années plus tard, nous l’avons retrouvé."

Mais le voyage du dinosaure vers le Danemark ne s'est pas déroulé sans heurts : des retards inattendus dus à des complications douanières à Zurich en Suisse ont retardé son arrivée. Le directeur du musée a déclaré qu'à un moment donné, personne ne savait exactement où se trouvaient ses six boîtes contenant les précieux fossiles. "Les dernières 72 heures ont été assez stressantes", dit-il. "Nous savions qu'il n'était pas perdu en tant que tel, mais nous ne savions pas où il se trouvait. Et c'est assez stressant quand il s'agit d'un gigantesque dinosaure."

Le Knuthenborg Safari Park abrite environ 500 animaux sauvages. Combiné avec les animaux vivants à l'extérieur, le musée raconte une histoire évolutive sur 300 millions d'années.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le zoo de Sofia : de l'eau pour les éléphants ? Non, des glaces !

Le Parlement polonais rejette la dépénalisation de l'accès à l'avortement, une défaite pour Tusk

La Finlande approuve une loi controversée visant à refouler les migrants à la frontière russe