EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'extrême droite portugaise rejoint l'alliance des "Patriotes pour l'Europe" de Viktor Orbán

André Ventura, de Chega, a salué la formation des "Patriotes pour l'Europe" comme une "opportunité historique".
André Ventura, de Chega, a salué la formation des "Patriotes pour l'Europe" comme une "opportunité historique". Tous droits réservés Alessandra Tarantino/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Alessandra Tarantino/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Jorge Liboreiro
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Chega, le parti d'extrême droite portugais, rejoint "Patriotes pour l'Europe", la nouvelle alliance politique lancée par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

PUBLICITÉ

Chega, le parti d'extrême droite portugais, a rejoint "Patriotes pour l'Europe", la nouvelle alliance nationaliste lancée par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

"Le président de Chega a annoncé son intention de faire partie de cette coalition souverainiste", a déclaré lundi le porte-parole de M. Orbán en annonçant la nouvelle.

Avant cette confirmation, André Ventura, président de Chega, avait décrit la création du mouvement comme une "opportunité historique" de construire une "alternative" politique et d'unir la droite.

"Ce groupe est clairement opposé à Ursula von der Leyen et António Costa", a déclaré M. Ventura, faisant référence au vote négatif de M. Orbán lors de l'accord de la semaine dernière sur les postes de direction de l'UE.

Après des jours de spéculation, la formation des "Patriotes pour l'Europe" a été annoncée dimanche par le dirigeant hongrois, entouré d'Andrej Babiš, l'ancien Premier ministre tchèque, et d'Herbert Kickl, le chef du Parti de la liberté (FPÖ), un parti d'extrême droite autrichien.

"Les Européens veulent trois choses : la paix, l'ordre et le développement", a déclaré M. Orbán lors de la présentation à Vienne. "Et ce qu'ils obtiennent aujourd'hui de l'élite à Bruxelles, c'est la guerre, l'immigration et la stagnation."

L'alliance entend maximiser son influence en créant un nouveau groupe au Parlement européen. Mais pour cela, il faut un minimum de 23 eurodéputés issus d'au moins sept États membres.

Jusqu'à lundi, ils avaient le Fidesz-KDNP hongrois (11 législateurs), l'ANO tchèque (7) et le FPÖ autrichien (6). Le Fidesz et l'ANO sont actuellement non-inscrits, tandis que le FPÖ siège avec le groupe d'extrême droite Identité et démocratie (ID).

L'arrivée de Chega, avec deux députés, rapproche l'alliance de l'exigence des sept pays. Ensemble, les quatre partis comptent 26 députés européens.

Les partis partagent une profonde aversion pour le Pacte vert, l'initiative phare de Mme von der Leyen visant à atteindre la neutralité climatique d'ici 2050, et pour le nouveau pacte sur les migrations et l'asile, une vaste réforme qui envisage des règles pour les 27 Etats membres afin de gérer les arrivées irrégulières.

Surtout, ils s'opposent à la fourniture d'équipements militaires à l'Ukraine, remettent en question l'efficacité des sanctions occidentales contre la Russie et souhaitent maintenir des relations étroites avec le gouvernement de Vladimir Poutine.

On s'attend à ce que d'autres membres rejoignent les "Patriotes pour l'Europe" avant la première session plénière du 16 juillet. Le parti d'extrême droite allemand AfD semble être un candidat approprié, puisqu'il a été exclu du groupe ID en mai.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Orbán continuera-t-il à aller à contre-courant de l'UE alors que la Hongrie prend la présidence de l'Union ?

UE : Viktor Orbán annonce la création d'une "Alliance patriotique" au Parlement européen

Réunion des ministres de la Justice de l'UE : la compétitivité juridique au cœur des débats