EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Viktor Orbán effectue une visite surprise en Chine, après Russie et Ukraine

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et le président chinois Xi Jinping se serrent la main avant leur rencontre au Grand Hall du Peuple à Pékin.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et le président chinois Xi Jinping se serrent la main avant leur rencontre au Grand Hall du Peuple à Pékin. Tous droits réservés Rolex Dela Pena/AP
Tous droits réservés Rolex Dela Pena/AP
Par Euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le premier ministre hongrois a qualifié sa visite en Chine de "mission de paix 3.0", en postant une photo de lui sur X avec la légende après son arrivée à Pékin.

PUBLICITÉ

Le premier ministre hongrois Viktor Orbán a effectué une visite inattendue en Chine, après s'être rendu en Ukraine et en Russie pour discuter d'un accord de paix pour l'Ukraine.

À sa descente d'avion, M. Orbán a été accueilli par la vice-ministre chinoise des Affaires étrangères, Hua Chunying, et par d'autres fonctionnaires.

Il a ensuite posté une photo avec le président chinois Xi Jinping, sur laquelle il a écrit : "[Outre la Russie et l'Ukraine, la fin de la guerre] dépend de la décision de trois puissances mondiales, les États-Unis, l'Union européenne et la Chine".

Mission de "paix"

Viktor Orbán s'est également rendu à Moscou et à Kyiv la semaine dernière, où il a proposé à l'Ukraine d'envisager un cessez-le-feu immédiat avec la Russie.

Le premier ministre hongrois est largement considéré comme ayant une relation étroite avec Poutine et a régulièrement bloqué, retardé ou édulcoré les efforts de l'UE pour aider Kyiv et imposer des sanctions à Moscou pour ses actions en Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre hongrois Viktor Orbán entrent dans un hall pour assister à une conférence de presse commune à Moscou
Le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre hongrois Viktor Orbán entrent dans un hall pour assister à une conférence de presse commune à MoscouAlexander Zemlianichenko/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Sa visite à Moscou a suscité la condamnation de l'Ukraine et d'autres dirigeants européens, mais M. Orbán a justifié son voyage en affirmant que "le nombre de pays qui peuvent parler aux deux parties belligérantes est en train de diminuer. La Hongrie devient peu à peu le seul pays d'Europe à pouvoir parler à tout le monde".

Bien que le Premier ministre hongrois plaide depuis longtemps en faveur de la fin des hostilités en Ukraine, il n'a pas précisé ce que cela pourrait signifier pour l'intégrité territoriale du pays ou pour sa sécurité future.

Resserrement des liens avec la Chine

Il y a deux mois, Xi Jinping a effectué un voyage similaire à Budapest dans le cadre de la tournée européenne du président chinois dans trois pays, qui comprenait également des arrêts en France et en Serbie.

Au cours de ces entretiens, la Hongrie et la Chine ont signé un certain nombre de nouveaux accords visant à approfondir leur coopération économique et culturelle.

Pékin a investi des milliards en Hongrie et considère ce pays membre de l'Union européenne comme un point d'ancrage important au sein du bloc commercial des 27. Le voyage visait à consolider l'empreinte économique de la Chine dans la région.

En décembre, la Hongrie a annoncé que l'un des plus grands fabricants de véhicules électriques au monde, la société chinoise BYD, ouvrirait sa première usine européenne de production de véhicules électriques dans le sud du pays — une avancée qui pourrait bouleverser la compétitivité de l'industrie automobile du continent.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Viktor Orban critiqué pour sa visite à Moscou

Au Kazakhstan, Vladimir Poutine retrouve ses alliés de l'OCS

Entre la Hongrie et l'Ukraine, des relations qui restent tendues