Advertising
This content is not available in your region

Covid-19 : le Pérou revoit nettement à la hausse son bilan qui passe de 69 000 à 180 000 morts

euronews_icons_loading
Un cimetière au Pérou
Un cimetière au Pérou   -   Tous droits réservés  Rodrigo Abd/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le Pérou a nettement revu à la hausse son bilan des victimes du Covid-19. Selon les estimations d'un conseil technique, récemment mis en place, la pandémie a fait 180 000 morts, soit 2,5 de plus que le précédent bilan officiel qui faisait état de 69 000 décès.

Taux de mortalité par habitant le plus élevé au monde

Pays de 33 millions d'âmes, le Pérou affiche le taux de mortalité par habitant le plus élevé au monde. Le Conseil technique, qui regroupe des experts péruviens et de l'Organisation mondiale de la Santé, met en cause les critères actuels d'enregistrement des victimes.

Des critères jugés trop limités qui auraient entraîné une sous-estimation du nombre de morts du Covid-19.

Un manque de prise de conscience

Aujourd’hui, de nombreux Péruviens dénoncent les conséquences dramatiques du manque de transparence des autorités :

"Il n'y a pas eu de recomptage par l'État, ni d'honnêteté de la part du ministère de la Santé qui aurait dû mettre ces chiffres à la disposition du public afin que les gens soient conscients de ce qu'il se passe dans le pays, souligne un homme. Avec un chiffre aussi bas de 69 000 morts, les gens se sont sentis en confiance et, dans certains cas, n'ont pas pris les mesures qu'il fallait pour se protéger."

Avec un chiffre aussi bas de 69 000 morts, les gens se sont sentis en confiance et, dans certains cas, n'ont pas pris les mesures qu'il fallait pour se protéger.
Un Péruvien

Outre le Pérou, c'est toute l'Amérique latine qui continue d'être frappée par la pandémie. L'Argentine, le Venezuela et surtout le Brésil, le deuxième pays le plus touché au monde, qui enregistre encore près de 2 000 décès quotidiens en raison d'un variant plus contagieux, même si l'épidémie a tendance à décroître.