DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Instituteur Pedro Castillo proclamé vainqueur de la présidentielle au Pérou

Par Sandrine Delorme  & Joanne Massard avec AFP
euronews_icons_loading
L'Instituteur Pedro Castillo proclamé vainqueur de la présidentielle au Pérou
Tous droits réservés  Guadalupe Prado/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Fin du suspens. Un mois après le scrutin du deuxième tour, Pedro Castillo a battu sa rivale de droite populiste avec 50,12% des voix.

Au Pérou, le candidat de la gauche radicale, Pedro Castillo a été officiellement proclamé vainqueur de la présidentielle un mois et demi après le scrutin.

Tandis que ses partisans ont fêté sa victoire dans les rues de Lima, la capitale péruvienne, sur Twitter, le nouveau président élu a remercié les électeurs, suivi d'un message d'espoir pour les années de son mandat à venir :

"Merci peuple péruvien pour ce triomphe historique !Le moment est venu d'appeler tous les secteurs de la société à construire ensemble, en ce Bicentenaire, un Pérou inclusif, un Pérou juste, un Pérou Libre. Sans discrimination et pour les droits et tous".

Pedro Castillo a battu la politicienne Keiko Fujimori de seulement 44 000 voix

Candidat de la gauche radicale, venant de l'enseignement et novice en politique, Pedro Castillo, a été élu après le décompte électorale le plus long de l'histoire du pays depuis les années 80 et l'ouverture à la démocratie.

Son adversaire de droite, l'ultra-libérale Keiko Fujimori soupçonnait des fraudes et avait demandé le recompte des voix.

A l'issue du dépouillement de 100% des bulletins de vote, l'ONPE (l'Organe national du processus électoral ) qui organisait le scrutin a donné Pedro Castillo vainqueur avec 50,12% des voix, contre 49,87% à sa rivale.

Merci peuple péruvien pour ce triomphe historique!
Pedro Castillo
Président élu du Pérou

Sorti de l'anonymat en 2017 à la faveur d'un mouvement de grève des enseignants dont il avait pris la tête, Pedro Castillo, chef du parti minoritaire de gauche Peru Libre a proposé pendant la campagne une série de nationalisations et l'arrêt de certaines importations pour renforcer l'industrie locale.

Reste à voir ce qu'il fera au pouvoir, il prendra ses fonctions le 28 juillet, jour de l'expiration du mandat du président intérimaire Francisco Sagasti.

Keiko Fujimori, a admis sa défaite

Peu avant l'annonce du résultat définitif, Keiko Fujimori, qui avait insinué début juillet qu'elle ne reconnaîtrait pas la victoire de son concurrent, a fait volte-face. "J'annonce qu'en remplissant mes engagements, mon engagement envers tous les Péruviens (...) envers la communauté internationale, je vais reconnaître les résultats car c'est ce qu'exigent la loi et la Constitution que j'ai juré de défendre", a-t-elle déclaré en conférence de presse.

Fille de l'ancien président Alberto Fujimori, emprisonné pour corruption et crimes contre l'humanité, elle va désormais devoir elle aussi faire face à la justice.

Elle devrait comparaître dans les semaines à venir pour corruption dans une affaire de pots-de vins présumés reçus de la société brésilienne Odebrecht pour ses campagnes électorales de 2011 et 2016. Faute d'immunité présidentielle, elle risque désormais 30 ans de prison.