Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Tourisme à Samarcande : un complexe hôtelier et culturel qui change la donne

Par Galina Polonskaya
Focus
Focus   -   Tous droits réservés  euronews   -  

L'Ouzbékistan ouvre cet automne, un complexe touristique richement doté, entre hôtels de luxe, services de bien-être, restaurants et attractions touristiques. "Silk Road Samarkand" donne à l'offre hôtelière locale, une nouvelle dimension avec le premier établissement 5 étoiles de la région, le Samarkand Regency Amir Timur.

Une offre hôtelière de niveau supérieur

"Le service de luxe était inexistant et aujourd'hui, nous avons toute une série d'hôtels de niveau 4, 5 et 5 étoiles luxe, c'est totalement nouveau," affirme Roland Obermeier, directeur général pour le complexe des hôtels Samarkand Regency Amir Timur et Savitsky Plaza. "Pour nous, c'est un complexe qui est une véritable destination : vous pouvez y séjourner 3 - 4 jours ou une semaine, notre offre correspond au tourisme de congrès, d'affaires, au tourisme culinaire, et ce à un niveau qui n'existait pas dans le passé," souligne-t-il.

Opportunités de carrière

Le projet a permis la création de plus de 2 000 emplois. Autant d'opportunités de carrière sur place pour la population. Akmal Bakhritdinov a ainsi été recruté en tant que concierge tandis que son apprenti Umid Ulugbekov, étudiant en première année à l'Université de tourisme de Samarcande, vit sa première expérience professionnelle.

"Travailler ici, c'est pour moi, une occasion unique d'acquérir une expérience internationale sans quitter ma ville natale," confie le jeune assistant concierge. "Avant, c'était impossible à Samarcande ; donc j'ai énormément de chance," reconnaît-il.

euronews
Umid Ulugbekov et Akmal Bakhritdinov ont tous deux été recrutés par le nouvel hôtel 5 étoiles de Samarcandeeuronews

Du personnel d'entretien à l'ingénieur spécialiste de la climatisation, les possibilités dans le secteur de l'hôtellerie sont variées. Tous les employés sont formés selon des normes reconnues au plan international pour faire vivre aux clients, une expérience cinq étoiles.

"Nous dispensons des formations dans différents domaines - l'informatique, le service à la clientèle ou encore la communication -, mais aussi concernant l'offre de services adéquats et la vision de l'hôtellerie dans son ensemble," précise Dias Khalkulov, directeur général de "Silk Road Samarkand".

Des marins...

Olimjon Allayorov et Svyatoslav Kipin font partie des premiers matelots de la flotte de "Silk Road Samarkand". Ils ont tout appris de leur instructeur, un maître d'équipage expérimenté.

Des bateaux emmènent les touristes au cœur du complexe où ils découvrent la "Cité éternelle", la reconstitution d'un bourg médiéval. 

"Je fais des études de tourisme récréatif et cette profession de marin fait partie des débouchés," explique Olimjon avant d'ajouter : "J'acquiers de l'expérience, ce sera un bon tremplin pour mon avenir."

Svyatoslav renchérit : "Pour moi, c'est un travail de rêve. Depuis mon enfance, j'aime la technologie, la mécanique, etc. Et c'est une chance de pouvoir exercer cette profession en Ouzbékistan parce que notre pays n'a pas d'accès à la mer et donc, obtenir ces connaissances ici, c'est unique," se réjouit-il.

euronews
Les jeunes matelots de "Silk Road Samarkand" ont été formés par un maître d'équipage expérimentéeuronews

... Aux artisans

De nouvelles catégories de touristes attirés par un séjour d'affaires ou de bien-être auront l'occasion de visiter les sites emblématiques de Samarcande, célèbre pour son passé lié à la route de la soie. "Silk Road Samarkand" devrait doubler le nombre de touristes dans la région et les inciter à rester plus longtemps.

Dans sa galerie d'art qui présente les œuvres d'artistes et stylistes locaux, la directrice artistique Alfiya Valieva dit espérer que les nouveaux hôtels seront synonymes de retombées pour l'artisanat.

"Si les touristes du monde entier viennent chez nous," indique la propriétaire de la galerie Aysel, "nous créerons encore plus, nous rencontrerons davantage de touristes et nous pourrons embaucher encore plus de personnes qui ont de l'or dans les mains."

Journaliste • Galina Polonskaya