Une start-up bulgare réimagine le fret de marchandises grâce à des drones aériens

"Black swan", le premier prototype de drone cargo de la société bulgare Dronamics.
"Black swan", le premier prototype de drone cargo de la société bulgare Dronamics. Tous droits réservés Dronamics
Par Greta Ruffino avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'entreprise bulgare Dronamics vient d'achever les vols d'essai de son prototype de drone cargo de taille normale et espère lancer des opérations commerciales dans le courant de l'année.

PUBLICITÉ

Les frères Konstantin et Svilen Rangelov ont créé leur start-up bulgare Dronamics avec une grande ambition en tête : révolutionner le secteur des transports en réimaginant le fret de marchandises.

Le duo a récemment franchi une étape importante dans la concrétisation de son ambition avec le vol d'essai réussi de "Black Swan", le premier prototype de drone cargo de taille normale de l'entreprise.

Pendant le vol d'essai, qui s'est déroulé à l'aéroport de Balchik en Bulgarie, l'aéronef a été piloté à distance par deux pilotes de ligne expérimentés basés à la station de contrôle au sol de Dronamics.

"Nous venons de réussir notre premier vol, mais nous devons poursuivre ce programme d'essai et, à la fin de l'année, nous serons prêts à lancer nos premiers vols commerciaux... d'abord en Grèce, à travers les îles, puis nous nous déplacerons à travers la Méditerranée jusqu'en Italie, à Malte et au-delà", explique Konstantin Rangelov.

Aujourd'hui, le drone est capable de transporter 350 kg sur des distances allant jusqu'à 2 500 km. Le site web de l'entreprise indique que le moteur est en cours de conception, et qu'il sera alimenté au biocarburant. À l'avenir, l'objectif est d'alimenter l'avion avec de l'hydrogène ou des carburants synthétiques afin de garantir des vols neutres en carbone.

L'entreprise a la particularité d'être la première compagnie aérienne de drones cargo agréée en Europe et le premier partenaire stratégique de l'Association internationale du transport aérien (IATA) pour les drones à l'échelle mondiale.

Alors que l'entreprise vise à lancer des vols commerciaux d'ici à la fin de 2023, les experts se montrent prudent. "Ils ont encore un long chemin à parcourir, notamment en ce qui concerne la certification, la maintenance des avions, la construction de la flotte, la production, etc.", déclare Stefan Hristozov, ingénieur aéronautique à l'Institut de robotique de l'Académie bulgare des sciences.

Jusqu'à présent, Dronamics a levé 40 millions de dollars (37 millions d'euros) auprès d'investisseurs de 12 pays. En outre, l'Union européenne a fourni des fonds par l'intermédiaire du Conseil européen de l'innovation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une start-up française relève le défi du recyclage des panneaux solaires

Tourisme, fret et climat : le secteur spatial est entré dans une nouvelle dimension

L'Union européenne souhaite faciliter l'usage de la voiture électrique en Europe