EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Du phosphore découvert sur une lune de Saturne, un élément clé pour la vie

This photo shows plumes of water ice and vapor from the south polar region of Saturn's moon Enceladus
This photo shows plumes of water ice and vapor from the south polar region of Saturn's moon Enceladus Tous droits réservés NASA/JPL/Space Science Institute via AP
Tous droits réservés NASA/JPL/Space Science Institute via AP
Par Imane El Atillah
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Pour la première fois, du phosphore, un élément essentiel de l’ADN et de l’ARN, a été recensé dans un océan ailleurs que sur Terre. "C’est une découverte incroyable", a estimé l’un des coauteurs de l’étude.

PUBLICITÉ

La longue quête d’une vie extraterrestre vient de recevoir un coup de pouce majeur : du phosphore, un élément clé pour la vie, a été découvert dans un océan situé sous la surface glacée d’Encelade, une lune de Saturne.

La découverte, basée sur l’étude des données recueillies par la sonde Cassini de la NASA, a été publiée mercredi dans la prestigieuse revue Nature. La sonde Cassini a exploré Saturne, ses anneaux et lunes, de 2004 à sa destruction dans l’atmosphère de la planète géante gazeuse en 2017.

"Nous avons été vraiment chanceux après trois ans de trouver les phosphates, ce qui est probablement la meilleure chose que nous ayons pu trouver dans les données", a déclaré Frank Postberg, scientifique planétaire à l**'Université libre de Berlin** et co-auteur de l'étude, à Euronews Next.

Encelade libère de l'eau à travers les fissures de sa croûte glacée qui forme un panache de particules glacées. Ces particules, provenant de l'océan souterrain de la lune, contribuent à l'anneau E de Saturne, un anneau faible situé au-delà des anneaux les plus proéminents de la planète.

Les recherches des scientifiques se sont concentrées sur les données obtenues par l'instrument Cosmic Dust Analyzer de Cassini lors de ses rencontres avec ces particules glacées d'Encelade dans l'anneau E de Saturne.

Les scientifiques ont pu détecter des niveaux élevés de phosphates de sodium dans certains grains. Ces phosphates de sodium sont constitués de sodium, d'oxygène, d'hydrogène et de phosphore liés chimiquement.

Pour valider davantage leurs découvertes, les co-auteurs en Europe et au Japon ont mené des expériences en laboratoire pour montrer que le phosphore était bien présent dans l'océan souterrain d'Encelade.

Cela a conduit à une autre découverte importante où les concentrations de phosphore dans l'océan d'Encelade se sont avérées au moins 100 fois plus élevées que celles observées dans les océans de la Terre, même si le phosphore est l'un des composés les plus rares trouvés en dehors de la Terre.

Existe-t-il une vie extraterrestre sur Encelade ?

"D'après les précédentes mesures de Cassini, nous savions déjà qu'Encelade pourrait être un endroit où la vie pourrait émerger, une vie extraterrestre", a déclaré Frank Postberg.

Alors qu'Encelade intéresse depuis longtemps les scientifiques pour ce potentiel, le phosphore était le dernier des six principaux éléments constitutifs de la vie à détecter sur Encelade.

Le phosphore joue un rôle crucial dans de nombreux processus biologiques, notamment la formation de l'ADN et le transfert d'énergie au sein des cellules.

Frank Postberg a ajouté que si la découverte du phosphore a probablement fait d'Encelade l'endroit le plus habitable de notre système solaire en dehors de la Terre, il n'y a aucune preuve actuelle qu'il soit réellement habité.

Après la découverte du phosphore, la grande question est maintenant de savoir si la vie existe réellement sur la lune de Saturne.

Selon Frank Postberg, la prochaine étape devrait être l'envoi d'une mission dédiée à la détection de la vie extraterrestre sur Encelade.

"C'est en fait, à mon avis, la meilleure chance pour l'humanité de rechercher actuellement une vie extraterrestre, et c'est pourquoi je pense que cela devrait être fait. Il existe déjà de nombreux concepts de mission dans la planification", a-t-il déclaré. "Cela n'a pas encore été décidé ou financé, mais je pense que dans les cinq ou six prochaines années, peut-être même plus tôt, une agence prendra la décision".

Au-delà de la découverte du phosphore, les scientifiques ont pu découvrir que les conditions qui permettent des océans riches en phosphore sont transférables à d'autres lunes océaniques du système solaire externe, ce qui pourrait signifier que les lunes d'autres planètes ont également des conditions de vie favorables.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En images : la "Super Lune bleue" éblouit le ciel de l'Europe

Rome : une ligne de métro sous le Colisée

L'Union européenne souhaite faciliter l'usage de la voiture électrique en Europe