Gaza : les panneaux solaires, dernier espoir des Palestiniens d'accéder à une source d'électricité

Les téléphones portables sont connectés aux fournisseurs d'électricité pour être rechargés par des panneaux solaires.
Les téléphones portables sont connectés aux fournisseurs d'électricité pour être rechargés par des panneaux solaires. Tous droits réservés AP Photo
Par Roselyne Min avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Si les bornes de recharge solaire sont une lueur d'espoir pour beaucoup, les conditions météorologiques et la forte demande sont souvent à l'origine d'une longue attente.

PUBLICITÉ

Alors que la guerre fait rage à Gaza, les Palestiniens tentent de trouver des moyens de recharger leur téléphone pour rester en contact avec leur famille et leurs amis.

Israël fournissait la majeure partie de l'électricité, à Gaza, avant le déclenchement de la guerre en octobre, mais il a depuis interrompu l'approvisionnement, ce qui a entraîné des coupures de courant généralisées, selon les experts.

Aujourd'hui, les personnes qui possèdent des panneaux solaires proposent de recharger les téléphones portables et les banques d'alimentation pour un prix modique.

"Ce projet vise à remplacer l'électricité domestique. Nous voulons leur fournir l'énergie nécessaire pour recharger leurs téléphones. Et lorsqu'il s'agit de recharger vos téléphones, vous pouvez voir qu'il n'y a pas d'électricité et que la situation est très mauvaise", confie Wissam Ghbayn, propriétaire du projet de recharge par panneaux solaires.

Les Palestiniens qui ont fui d'autres parties de Gaza ont eu du mal à prendre des nouvelles de leur famille et de leurs amis restés sur place.

"Il n'y a plus d'électricité et la vie est pratiquement à l'arrêt. Les communications et l'eau sont coupées, tout, toute la vie. Vous devez maintenant charger votre téléphone pour parler aux gens, vous devez trouver quelqu'un qui a de l'énergie solaire comme ce type ici pour pouvoir être connecté", raconte Yamen Hamad, un résident de Deir al-Balah.

Wissam et son parent Ali Ghbayn, qui travaille également au stand, sont tous deux déplacés du nord de Gaza et ont fui vers Deir al-Balah.

"Depuis le premier jour de la guerre - nous en sommes au 125e jour - nous n'avons pas eu d'électricité du tout. Avant, il y en avait environ huit heures par jour et nous pouvions régler nos problèmes. Mais aujourd'hui, la situation de l'électricité est très mauvaise", explique Ali Ghbayn.

Si ces bornes de recharge solaire sont une lueur d'espoir pour beaucoup, les conditions météorologiques et la forte demande entraînent souvent une longue attente.

"Nous travaillons en fonction de la météo. S'il fait beau, nous pouvons charger, mais quand il pleut ou qu'il y a des nuages, nous arrêtons", explique Wissam Ghbayn.

"Le pire, c'est que nous avons du mal à recharger les téléphones de tout le monde parce qu'il y a trop de monde et qu'il n'y a pas de place. Ils doivent parfois attendre que d'autres téléphones se rechargent. Ce que nous vivons est anormal", ajoute Ali Ghbayn.

Ces dernières années, les habitants de Gaza se seraient tournés vers l'énergie solaire pour faire face aux fréquentes coupures d'électricité.

Bloquée par Israël depuis 2007, la bande de Gaza ne dispose d'une électricité limitée que 12 heures par jour en moyenne - moins lorsque le conflit s'intensifie.

Selon une étude publiée dans la revue _Energy, Sustainability and Society_en 2022, environ 20 % des ménages participant à l'étude à Gaza dépendaient de l'énergie solaire.

Le Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS), basé aux États-Unis, a indiqué, dans un rapport, que la bande de Gaza comptait environ 12 400 systèmes solaires sur les toits, dont une zone de 655 panneaux sur un mile carré représentant probablement la plus forte densité de panneaux solaires sur les toits dans le monde.

La guerre à Gaza a eu des conséquences dévastatrices, avec un bilan de plus de 28 000 morts palestiniens, principalement des femmes et des enfants, selon les autorités sanitaires locales contrôlées par le Hamas. La guerre a commencé le 7 octobre avec l'assaut du Hamas et d'autres militants contre Israël, au cours duquel ils ont tué près de 1 200 personnes et pris quelque 250 otages.

Pour en savoir plus sur cette histoire, regardez la vidéo dans le lecteur média ci-dessus.

Video editor • Roselyne Min

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les forces israéliennes prennent d'assaut le principal hôpital du sud de la bande de Gaza

Des négociations au Caire pour une trêve à Gaza

Tsahal a détruit "17 des 24 bataillons" du mouvement islamiste à Gaza, affirme Benyamin Nétanyahou