Passer du temps avec un chien réduit le stress et augmente la concentration

Les interactions avec les chiens stimuleraient les ondes cérébrales associées au soulagement du stress et à la concentration.
Les interactions avec les chiens stimuleraient les ondes cérébrales associées au soulagement du stress et à la concentration. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Oceane Duboust
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Selon une nouvelle étude, les interactions avec les chiens stimulent les ondes cérébrales associées au soulagement du stress et à la concentration.

PUBLICITÉ

Le meilleur ami de l'homme serait-il aussi son meilleur thérapeute ?

Alors que les chiens sont déjà utilisés dans les hôpitaux et les écoles pour soulager le stress, une nouvelle étude révèle ce qui se passe dans le cerveau lorsque les humains interagissent avec un chien.

Une équipe de l'université Konkuk, en Corée du Sud, a étudié les effets de plusieurs interactions avec un chien -  jouer, lui donner des friandises, le caresser ou prendre des photos avec lui - en utilisant un électroencéphalogramme (EEG), un test utilisé pour mesurer l'activité électrique du cerveau à l'aide d'électrodes, sur 30 adultes.

Les chercheurs ont demandé aux participants d'interagir avec un caniche standard de 4 ans "parfaitement entraîné à l'obéissance de base, aux bonnes manières, à l'agressivité et à la sociabilité", au cours de séances limitées afin de ne pas le surmener.

Les réponses émotionnelles des personnes ont également été évaluées à l'aide de différents questionnaires et de tests d'auto-évaluation.

Les chercheurs ont publié leurs résultats dans la revue PLOS ONE.

Pendant toutes les activités avec le chien, les participants ont déclaré se sentir moins fatigués et moins déprimés.

Nourrir le chien, le caresser et le prendre dans ses bras ont amélioré l'humeur des participants, qui se sont déclarés moins stressés.

Plus de concentration sans ajout de stress

L'EEG a également montré une stimulation des ondes bêta pendant les caresses, le toilettage et le jeu avec le chien. Les ondes bêta sont liées à l'attention et à la concentration.

La prochaine étape de la recherche consistera à corroborer ces résultats en reproduisant l'étude avec un plus grand nombre de participants.

Un biais potentiel est que les participants ont accepté de participer à l'étude en raison de leur appréciation des chiens.

Néanmoins, les auteurs ont déclaré que l'étude "fournit des informations précieuses pour élucider les effets thérapeutiques et les mécanismes sous-jacents des interventions assistées par des animaux".

Grâce à leurs effets thérapeutiques sur les êtres humains, les chiens sont déjà largement utilisés en clinique, que ce soit comme soutien émotionnel dans les hôpitaux ou pour aider les patients handicapés.

Des études antérieures ont montré que l'hormone ocytocine, qui joue un rôle dans le lien social et l'affection, augmente lorsque les personnes interagissent avec des chiens, tandis que les niveaux de cortisol, qui sont liés au stress, diminuent.

Selon l'hôpital Johns Hopkins aux États-Unis, les chiens de thérapie réduisent également le niveau de douleur des patients pendant leur séjour à l'hôpital et abaissent leur tension artérielle.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : 400 chats et chiens secourus dans un coup de filet contre des trafiquants

En Finlande, des chariots pour chiens dans un supermarché

Les chiens pourraient devenir plus "hostiles" vis-à-vis de l'homme avec le réchauffement climatique