PUBLICITÉ

L'Italie adopte une loi autorisant les groupes "pro-vie" à accéder aux cliniques d'avortement

Manifestants lors d'une manifestation pour demander plus de garanties sur l'application de la loi sur l'avortement devant le Sénat italien à Rome, mardi 23 avril 2024.
Manifestants lors d'une manifestation pour demander plus de garanties sur l'application de la loi sur l'avortement devant le Sénat italien à Rome, mardi 23 avril 2024. Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Somaya AqadEuronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les opposants à l'amendement s'interrogent sur la légitimité de permettre ou non à des groupes non qualifiés sur le plan médical d'avoir accès aux femmes qui envisagent un avortement, mais le gouvernement répond que cette mesure vise à mieux informer les patientes.

PUBLICITÉ

Le Sénat italien a adopté un amendement qui permet aux groupes de lutte contre l'avortement d'avoir accès aux femmes qui envisagent d'avoir recours à cette procédure dans les cliniques publiques.

Le gouvernement affirme que l'amendement répond à l'intention initiale de la loi de 1978 légalisant l'avortement, qui comprend des dispositions visant à empêcher la procédure.

Les opposants ont mis en doute la pertinence de permettre à des groupes non qualifiés sur le plan médical d'accéder aux cliniques.

 Silvana Agatone, gynécologue et présidente de l'association LAIGA prochoice :

« Cela se produit déjà dans certaines régions, avec des personnages dont on ne sait pas quelle est leur qualification. Ils n'ont certainement pas étudié, ils n'ont pas passé d'examens pour aller parler aux femmes de sujets pour lesquels le centre de conseil dispose déjà de personnes hautement qualifiées pour s'en occuper ».

La Première ministre Giorgia Meloni a rejeté l'opposition au projet de loi, affirmant que le fait d'autoriser les personnes ayant un message "pro-vie" à entrer dans les cliniques d'avortement n'avait pour but que d'informer pleinement les femmes.

« Je crois que nous devons garantir un choix libre et je crois que pour faire un choix libre, il faut avoir toutes les informations nécessaires. C'est ce que prévoit la loi 194 et je pense que c'est la bonne chose à faire ».

En vertu de la législation italienne, une femme est autorisée à avorter sur demande au cours des 12 premières semaines de grossesse, ou plus tard si sa santé ou sa vie est menacée.

Mais l'accès n'est pas toujours garanti. La loi permet au personnel soignant de s'enregistrer comme objecteur de conscience et de refuser de pratiquer l'intervention.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pologne : le Parlement fait un premier pas vers une libéralisation de l'accès à l'IVG

Les eurodéputés veulent une inscription de l'IVG dans la Charte des droits fondamentaux

Le "tueur silencieux" : dans quel pays européen la tension artérielle est la plus élevée et comment peut-on y remédier ?