EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Frappée par la sécheresse, Barcelone s'interroge sur l'avenir du tourisme

Des personnes prennent un bain de soleil sur la plage de Barcelone, en Espagne.
Des personnes prennent un bain de soleil sur la plage de Barcelone, en Espagne. Tous droits réservés AP Photo/Joan Mateu, File
Tous droits réservés AP Photo/Joan Mateu, File
Par Daniel Harper
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les conséquences de la sécheresse ont soulevé de nombreuses questions sur la gestion de l'eau et du tourisme de masse.

PUBLICITÉ

Bien que les récentes précipitations aient fait lever l'état d'urgence sécheresse, de nombreux habitants et responsables locaux se demandent si la relation entre Barcelone et le tourisme sera durable lorsque la prochaine sécheresse surviendra inévitablement.

Le tourisme est-il trop important pour les restrictions d'eau ?

Si la situation de l'eau s'est dégradée tout au long de l'année 2023, peu de restrictions ont finalement été imposées au secteur touristique. Alors que Barcelone clôturait l'année 2023 avec plus de 12 millions de touristes ayant séjourné dans des hôtels, des locations touristiques et des auberges, les dépenses touristiques ont été estimées à 9,6 milliards d'euros.

Le tourisme est l'un des principaux secteurs économiques de Barcelone et de sa région, représentant plus de 10 % du PIB local en 2021 et 5,4 % du PIB global de la Catalogne en 2022.

Affiches dans les rues de Barcelone pendant la période de sécheresse.
Affiches dans les rues de Barcelone pendant la période de sécheresse.Daniel Harper

L'industrie étant si importante pour l'économie de la ville, la déclaration de l'état d'urgence sécheresse en février a soulevé de nombreuses questions. Alors que les résidents étaient limités à 200 litres d'eau par jour et devaient payer des frais supplémentaires en cas de dépassement de cette limite, le secteur du tourisme était soumis à moins de restrictions.

"Nous savons que des campagnes de sensibilisation à l'utilisation de l'eau sont menées dans le secteur de l'hôtellerie dans le but de sensibiliser les clients", a toutefois déclaré à Euronews Green Elvira Garcia, directrice générale de Barcelona Oberta, une union de centres commerciaux et touristiques à Barcelone.

"Dans ce sens, il y a des autocollants ou des informations dans les toilettes publiques indiquant qu'un temps de quatre minutes était recommandé pour la douche."

Quelles leçons ont été tirées de la sécheresse ?

Bien que le pire semble passé, la sécheresse a occupé une grande partie de la vie des habitants et s'est même infiltrée dans la politique, puisque les candidats aux élections régionales catalanes de mai ont abordé la question de la sécurité de l'eau.

Vicenç Acuña Salazar, directeur de l'Institut catalan de recherche sur l'eau (ICRA), connaît bien les inégalités engendrées par la pénurie d'eau, en particulier dans le secteur du tourisme.

"La sécheresse n'est pas officiellement terminée, et nous verrons ce qui se passera, surtout l'automne prochain. Si l'automne prochain est aussi sec que les trois précédents, nous serons à nouveau dans une situation d'urgence en hiver et il y aura des pénuries dans presque tous les secteurs, mais pour l'instant, l'été est sauvé", a-t-il expliqué à Euronews Green.

Pour Vicenç et beaucoup d'autres, la nécessité d'informer les touristes sur la pénurie d'eau et d'établir une plus faible dépendance aux précipitations est un facteur clé pour rendre Barcelone moins vulnérable aux futures sécheresses.

"Nous commençons à réunir un groupe d'acteurs du secteur touristique, des représentants de l'association espagnole des hôtels et, nous l'espérons, du ministère espagnol de l'Environnement, afin de développer et de mettre en œuvre un système de mesure de l'utilisation de l'eau dans le cadre des activités touristiques."

"Ainsi, lorsque vous devez choisir un hôtel, vous pouvez voir son efficacité en matière d'utilisation de l'eau, s'il a investi dans la récupération de l'eau de pluie et sa réutilisation dans l'hôtel, et ce genre de pratiques."

Comment Barcelone s'adapte-t-elle à la sécheresse ?

À Barcelone, il s'agit de trouver un équilibre entre les périodes de tourisme intense pendant l'été et l'utilisation de l'eau pendant les mois les plus difficiles de la sécheresse. La sécheresse a mis en évidence la vulnérabilité de la ville aux pénuries d'eau et la nécessité pour l'industrie du tourisme d'adopter de meilleures stratégies de gestion de l'eau.

Le gouvernement catalan va investir près de 2,5 milliards d'euros dans l'Agence catalane de l'eau (ACA) pour gérer l'approvisionnement en eau et faire face aux futures sécheresses. Le plan, qui s'étend jusqu'à 2027, triplera les investissements précédents, faisant passer le nombre d'usines de production d'eau de 24 à 40 et augmentant la production de la rivière Besos de Barcelone.

Un employé municipal de Barcelone.
Un employé municipal de Barcelone.Daniel Harper

En 2024, une usine de dessalement flottante sera installée au large de Barcelone, produisant 14 hm³ d'eau par an, soit 6 % de la consommation de la zone métropolitaine, ainsi 12 unités mobiles de dessalement seront déployées le long de la Costa Brava, à partir de juin.

Ces unités, dont le coût s'élève à 10 millions d'euros, fourniront 1 000 m³ d'eau par jour, couvrant ainsi 35 % de la consommation d'eau de plus d'une douzaine de municipalités.

Grâce aux pluies récentes, Barcelone a évité de justesse d'apporter des changements importants à son secteur touristique, ce qui lui a permis de gagner du temps pour se préparer à l'inévitable "prochaine fois".

"Le tourisme de masse ne fait pas partie de la stratégie urbaine que nous souhaitons. Les entreprises sont conscientes que la voie à suivre est celle de la durabilité", explique Elvira Garcia à Euronews Green.

PUBLICITÉ

Avec l'augmentation des vagues de chaleur et la diminution des précipitations dans une grande partie de l'Espagne et de la région méditerranéenne, de nouvelles méthodes devront être mises en œuvre pour garantir les bénéfices à court terme du tourisme sur l'économie de la région et la durabilité à long terme de l'eau.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Albanie, Chypre, Irlande : les meilleures destinations européennes hors espace Schengen, pour ceux qui ont dépassé les 90 jours autorisés dans cette zone

Au-delà de la plage : les différentes activités de l’île Maurice

"Météo au top, bouffe bon marché" : le top des nomades numériques pour un été abordable en Europe