Lassana, héros de Vincennes

Lassana, héros de Vincennes
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Il a 24 ans. Originaire d’un village du nord-ouest du Mali, il est arrivé en France en 2006, pour rejoindre son père. Il est alors scolarisé dans un

PUBLICITÉ

Il a 24 ans. Originaire d’un village du nord-ouest du Mali, il est arrivé en France en 2006, pour rejoindre son père. Il est alors scolarisé dans un lycée professionnel où il obtient un CAP de carreleur mosaiste.

Lassana Bathily est devenu un héros en France, une notoriété qui le dépasse un peu… Ce 9 janvier, il est dans l‘épicerie cachère de Vincennes où il travaille depuis 4 ansm quand Amedy Coulibaly y fait irruption. Il a alors le réflexe de cacher 6 clients dont un bébé dans une chambre froide de l‘établissement, avant de parvenir à s’enfuir, donnant aux policiers des renseignements précieux.

“Ca peut être un chrétien, ça peut un athée ou ça peut être un musulman, si je vois une mauvaise personne qui tue comme ça, ça fait mal, ça fait mal. Je l’ai pas fait juste pour les juifs. C’est juste inhumain. On ne peut pas laisser un humain innocent tuer comme ça”, a-t-il raconté.

Arrivé en France, Lassana a suivi le long parcours du combattant des sans- papiers. En 2009, il échappe à l’expulsion, et ce n’est que deux ans plus tard qu’il décroche une carte de séjour qui lui permet de trouver un travail. Musulman pratiquant, Lassana rêve de la nationalité française. Sa demande il l’avait faite en juillet dernier.

“C’est un pays que j’aime bien parce que même si tu n’as rien, même si tu n’as pas de papiers, si tu n’as pas d’argent, ils te soignent. Franchement, c’est un beau pays quand même, je l’aime bien, j’aime bien la France”.

Sans cet acte de bravoure, Lassana aurait peut être attendu des années avant d’obtenir la nationalité française. Le nombre des naturalisations n’a cessé de baisser ces dernières années, depuis la mise en place sous Nicolas Sarkozy d’une politique migratoire plus restrictive.

Pour obtenir le sésame géré désormais par le préfecture, il faut répondre à des critères de plus en plus stricts, d‘âge, de résidence, d’intégration professionnelle, de moralité. Et tout cela, souvent, ne suffit pas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Une réussite majeure" : Ylva Johansson s'exprime sur le pacte migratoire européen

Le parlement espagnol va examiner un projet de loi pour régulariser des sans-papiers

La France et le Royaume-Uni échangent leurs gardes pour les 120 ans de l’Entente cordiale