26 ans après Tiananmen, Hong Kong se souvient

26 ans après Tiananmen, Hong Kong se souvient
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une marée lumineuse, des bougies par milliers, symboles de mémoire et d’espoir. Des milliers de personnes se sont rassemblées dans le parc Victoria

PUBLICITÉ

Une marée lumineuse, des bougies par milliers, symboles de mémoire et d’espoir.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans le parc Victoria pour cette veillée destinée à commémorer la terrible répression du printemps de Pékin en 1989.

Un anniversaire qui revêt cette année une signification particulière dans un contexte de tensions entre pro-démocrates et l’exécutif local, soutenu par le pouvoir chinois.

L‘écrasement du Printemps de Pékin est officiellement proscrit de la mémoire par les autorités communistes.

Il y a 26 ans, le régime avait réprimé avec violence les manifestants qui exigeaient depuis des semaines des réformes démocratiques dans la Chine du parti unique. Aucun bilan officiel n’a jamais été fourni malgré les demandes répétées de transparence des Occidentaux et des ONG.

Des soldats, des blindés et puis des chars contre des hommes, l’image, saisissante, à fait le tour du monde et est restée gravée dans la mémoire collective et celle de l’Histoire.

It's good to get the wider picture – This is what 'Tank Man' stood in front of #Tiananmenhttp://t.co/nU6vWpxUIApic.twitter.com/mwskYg0Bsc

— AmnestyNow (@AmnestyNow) 4 Juin 2015

Why only 15 out of 100 Beijing students could identify this picture #OnThisDay#Tiananmenhttp://t.co/vrG6xyiBCwpic.twitter.com/xU9A5PIfc8

— The Economist (@TheEconomist) 3 Juin 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine salue le chiffre d'affaires record des échanges commerciaux entre la Russie et la Chine

Vladimir Poutine est arrivé en Chine

Pékin et Washington doivent être "des partenaires, pas des rivaux" affirme Xi à Blinken