EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

A Ligny (Belgique), la reconstitution de la dernière victoire de Napoléon

A Ligny (Belgique), la reconstitution de la dernière victoire de Napoléon
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ligny. Ce nom ne vous dit sans doute rien et pourtant. C’est dans ce petit village belge que Napoléon remporta sa toute dernière victoire il y a 200

PUBLICITÉ

Ligny. Ce nom ne vous dit sans doute rien et pourtant. C’est dans ce petit village belge que Napoléon remporta sa toute dernière victoire il y a 200 ans, deux jours à peine avant la débâcle de Waterloo (qui allait signer sa chute finale). A l’occasion de ce bicentenaire, 1.500 passionnés ont participé à la reconstitution de la bataille sur un champ de dix hectares.

Lorsque Napoléon arrive en Belgique, cela fait trois mois qu’il a entrepris de reconquérir son empire et il se dirige vers ses ennemis anglo-néerlandais et prussiens qu’il espère vaincre séparément. Ici, à Ligny, ce sont les Prussiens qu’il affronte, les forçant à battre en retraite.

Patrick Maes, historien, Association Belge Napoléonienne : « 20.000 hommes restent au sol, 20.000 hommes pour six heures de bataille, cela représente un homme à terre toutes les secondes. Napoléon n’a fait que refouler trois corps d’armée prussienne devant lui, mais il ne les a pas vaincus, ils ne sont pas défaits”.

Deux jours plus tard, ces mêmes Prussiens prendront leur revanche à Waterloo, en assénant le coup de grâce à l’empereur aux côtés des Anglo-néerlandais. Ce sera alors la fin de Napoléon 1er et de son incroyable épopée.

Venus des quatre coins d’Europe, certains même d’Australie, des Etats-Unis ou de Russie, les reconstituteurs ont à cœur de faire revivre l’histoire grandeur nature, à commencer par le premier d’entre eux.

Frank Samson alias Napoléon Bonaparte : “C’est le plaisir de vivre l’histoire et de faire justement de l’histoire vivante, c’est-à-dire qu’on commémore ces choses-là. Aujourd’hui, nous sommes amis, on ne se massacre plus, et c’est une bonne façon justement d’évoquer ces éléments historiques”.

En fin de semaine prochaine, la plupart participeront aux reconstitutions de Waterloo. Ils seront alors 5.200 sur le champ de bataille.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Austerlitz, la guerre pour de faux

Élections européennes : un casse-tête pour élaborer la prochaine coalition ?

Une nouvelle vie pour les mégots de cigarettes grâce au recyclage