PUBLICITÉ

Israël empêche la flottille de forcer le blocus sur Gaza

Israël empêche la flottille de forcer le blocus sur Gaza
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec Luis Carballo, euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La marine israélienne empêche une flottille de militants pro-palestiniens de forcer le blocus sur Gaza, sans violence cette fois.

PUBLICITÉ

“Marianne” n’aura pas réussi à pénétrer dans les eaux territoriales de Gaza. Une fois encore, l’armée israélienne l’en a empêché. Ce chalutier suédois et trois autres navires transportaient une cinquantaine de militants pro-palestiniens décidés à forcer par la mer le blocus israélien sur Gaza.
“Les activistes de cette flotille ont choisi de venir protester contre l’Etat d’Israël, a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, la seule vraie démocratie au Proche-Orient qui lutte contre les terroristes qui attaquent délibérément les citoyens israéliens et se cachent délibérément derrière les civils palestiniens . Cette flotille est infectée par l’hypocrisie.”

Israël impose un blocus, terrestre, aérien et maritime, à la bande de Gaza depuis 2006. Un blocus qui ruine l‘économie du petit territoire : augmentation du chômage, de la pauvreté, disparition des exportations. “C’est très difficile de comprendre cette politique israélienne basée sur la sécurité intérieure, dit Eitan Diamond, directeur de l’ONG “Gisha, Centre juridique pour la liberté de mouvement”. L’une des raisons avancées par les autorités est le désir de mettre la pression sur la population de Gaza et sur le Hamas qui contrôle Gaza, avec l’espoir que ça affaiblisse le régime, que ça apporte un changement de gouvernement à Gaza. Evidemment ça ne marche pas.”

Ce n’est pas la première tentative: en 2010, la marine israélienne avait violemment arraisonné une flotille acheminant de l’aide humanitaire à Gaza : dix Turcs avaient été tués lors de l’interception, provoquant une grave crise entre la Turquie et l’Etat hébreu. “Le voyage de la nouvelle flotille, comme les précédents, s’arrête ici dans le port israélien d’Ashdod, explique notre envoyé spécial Luis Carballo. Mais cette fois-ci, sans violence. Les critiques sont pourtant toujours les mêmes : pourquoi Israël s’obstine-t-il à poursuivre le blocus qui nuit à la population de Gaza et pas au Hamas ?”

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Flottille de la Liberté: réactions à Jérusalem

Gaza : l'armée israélienne annonce avoir rouvert le point de passage de Kerem Shalom

Gaza : "la balle est dans le camp d'Israël" déclare le Hamas