PUBLICITÉ

Quasi "union nationale" en Grèce en vue des négociations avec l'UE

Quasi "union nationale" en Grèce en vue des négociations avec l'UE
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après la victoire du non au référendum, le Premier ministre grec Alexis Tspiras pourra compter sur son nouveau ministre des finances, Euclide

PUBLICITÉ

Après la victoire du non au référendum, le Premier ministre grec Alexis Tspiras pourra compter sur son nouveau ministre des finances, Euclide Tsakalotos, un économiste décrit comme calme et discret, une personnalité qui tranche avec celle de son prédécesseur, Yanis Varoufakis, qui a démissionné ce lundi. Au terme d’une rencontre marathon, le chef du gouvernement a arraché le soutien des chefs de partis pour mener les négociations à venir.

“Le Premier ministre a reçu l’assurance par écrit que les dirigeants politiques le soutiendront dans les négociations avec l’Union européenne” a déclaré Panos Kammenos, chef du parti des Grecs indépendants, alliés du parti Syriza au pouvoir.

“Le parti Nouvelle Démocratie a prouvé par des actes tout au long de son histoire qu’il plaçait l’intérêt du pays au-dessus de toute autre considération” a affirmé de son côté Vangelis Meimarakis, le chef par interim du principal parti de droite.

A noter une exception : le parti néo-nazi “Aube dorée” n’a pas été reçu ce lundi par le Premier ministre et le président.

“Il aura fallu près de sept heures à Alexis Tsipras pour arracher le soutien de la plupart des dirigeants de l’opposition. Mais la question est maintenant de savoir s’il sera capable de convaincre ses homologues européens et les créanciers qui l’attendent de pied ferme ce mardi soir à Bruxelles” conclut notre correspondant Stamatis Giannisis.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Espagne veut que la Grèce reste dans la zone euro

Le milieu grec des affaires inquiet et dubitatif après la victoire du non

Le "non" grec fait aussi baisser les indices boursiers à Wall Street