Crise des migrants : la situation comparée à une bombe sur le point d'exploser sur l'île grecque de Lesbos

Crise des migrants : la situation comparée à une bombe sur le point d'exploser sur l'île grecque de Lesbos
Par Sandrine Delorme avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Lesbos est une île grecque située à 20 minutes de bateau des côtes turques, un paradis touristique qui croule sous l’arrivée des clandestins depuis

PUBLICITÉ

Lesbos est une île grecque située à 20 minutes de bateau des côtes turques, un paradis touristique qui croule sous l’arrivée des clandestins depuis des mois maintenant.

Le centre d’accueil officiel est prévu pour 400 personnes, mais il est actuellement occupé par 4 000. Tous les jours des centaines de réfugiés débarquent ou sont secourus par les garde-côtes grecs. En ce moment, ils sont environ 700 par jour. Ils viennent d’Afghanistan, d’Irak, en majorité de Syrie.

Nous courons de la mort vers la mort. Nous avons dû affronter la mort à chaque étape de notre voyage. Nous avons fui la mort dans notre pays pour l’affronter en mer et finalement la retrouver ici dans ce camp“ explique Ahmed, un réfugié syrien âgé de 65 ans.

Je veux aller en Allemagne, parce que, d’après ce que je sais, ils vont me respecter là-bas. Je n’ai pas besoin de leur argent, ni de leur pain, je n’ai besoin de rien. J’ai juste besoin que mes enfants aillent à l‘école, c’est tout“ explique un autre, plus jeune.

Les 87 000 habitants de Lesbos cohabitent tant bien que mal avec ces milliers de réfugiés, de même que les dizaines de milliers de touristes arrivant l‘été.

Les responsables locaux se sentent livrés à eux-mêmes et démunis, comme le maire de Mytilini, Spyros Galinos :

C’est comme si la communauté internationale, l’Union européenne, la Croix-Rouge et les Nations unies m’avaient confié une bombe et que la mèche brûlait très lentement, et que j’appelais désespérément à l’aide pour éteindre la mèche…Mais ils attendent que la bombe explose avant de nous venir en aide !”

Comme d’autres îles grecques, Lesbos est devenue la Lampedusa de la mer Egée.
Et les autorités locales estiment que la situation a empiré depuis la mise en place des restrictions bancaires en Grèce le 6 juillet.

#Flüchtlinge#Lesbos#Greece#Refugee#Lesvos No water, no toilets. Unbearable conditions pic.twitter.com/KO1iLsfo1M@mellubo1@WenzelMichalski

— Muschelschloss☕ ️ (@Muschelschloss) 15 Juillet 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des milliers d'Européens se sont rassemblés samedi en solidarité avec le peuple ukrainien

Sanctions contre la Russie : de nouvelles mesures annoncées par l'Occident

Ukraine : le bilan de deux ans de guerre en chiffres