Pourquoi Raed a fui l'Etat islamique en Irak

Pourquoi Raed a fui l'Etat islamique en Irak
Par Laurence Alexandrowicz avec APTN
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un verre de thé, et quelques instants de répit pour Raed et sa famille. Cet Irakien de 34 ans vient d’arriver en Hongrie, après neuf jours d’un

PUBLICITÉ

Un verre de thé, et quelques instants de répit pour Raed et sa famille. Cet Irakien de 34 ans vient d’arriver en Hongrie, après neuf jours d’un voyage épuisant, à la merci des passeurs.

Raed Waleed Abdullah a fui Mossoul, et la tyrannie de l’Etat islamique : “Chaque jour le groupe Etat islamique donne de nouveaux ordres et la situation est terrible, raconte Raed. Je n’avais pas de revenu, il n’y a pas d‘électricité et ils nous forçaient à vivre selon leurs règles. Nous avons nos habitudes et notre façon de vivre rejette leurs valeurs autoritaires. Ils rejettent la tradition des saints et des prophètes et ce n’est pas notre façon de faire.”

Abdullah, sa femme et leurs trois enfants ont vendu leur maison et leur taxi pour rassembler 11000 dollars, le prix de la liberté : “Il était interdit de sortir dans la rue sans un chaperon, un homme, explique Hala Khalil, son épouse. Et si mon mari était au travail je devais rester à la maison. C‘était même interdit pour moi d’emmener les enfants à l‘école sans qu’un homme me chaperonne.
Ceux qui désobéissaient étaient jetés depuis des bâtiments hauts. Ils ont causé tant de souffrance. On avait pas d’autre choix que de leur obéir.”

Raed Waleed Abdullah sort son passeport, et lance un “bye bye Irak”, avant de continuer son voyage vers une vie meilleure.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Une réussite majeure" : Ylva Johansson s'exprime sur le pacte migratoire européen

Le parlement espagnol va examiner un projet de loi pour régulariser des sans-papiers

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?