PUBLICITÉ

Kunduz : un acte "inexcusable" pour l'Onu

Kunduz : un acte "inexcusable" pour l'Onu
Tous droits réservés 
Par Cecile Mathy avec REUTERS / AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La colère et l'indignation de Médecins sans Frontières et de l'Onu après le bombardement de l'hôpital de Kunduz en Afghanistan, géré par MSF. 19 personnes ont été tuées.

PUBLICITÉ

L’indignation des Nations unies après le bombardement de l’hôpital de Médecins Sans frontières à Kunduz, en Afghanistan.

Il s’agit d’ un acte “inexcusable” et “potentiellement criminel”, a dit Zeid Ra’ad Al Hussein, le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme.

#Kunduz hospital airstrikes: Utterly inexcusable! Full, transparent investigation needed now http://t.co/YppST3H4Jspic.twitter.com/q1yNXlkoJK

— UN Human Rights (@UNrightswire) October 3, 2015

Ce samedi, des frappes aériennes ont détruit une partie de l’hôpital et fait au moins 19 morts et une quarantaine de blessés.

Il pourrait s’agir d’un bombardement américain, de l’Otan, qui visait à soutenir les forces afghanes au sol dans leur lutte contre les Talibans.

Kunduz est le théâtre de violents combats depuis lundi lorsque la ville a été prise par les Talibans, puis reprise cette semaine par les forces afghanes, notamment grâce à l’appui aérien de l’Otan.

“Le site est plus grand qu’un terrain de football. Et nous avons communiqué son emplacement exact avec ses coordonnées GPS à plusieurs reprises à tous les belligérants, de chaque camp, en Afghanistan. Donc nous ne comprenons pas et nous n’acceptons pas l’explication selon laquelle il s’agit d’un dommage collatéral”, s’insurge Bart Janssens, le directeur des opérations de MSF.

On bombing of MSF</a> hospital in Kunduz: "We cannot accept that this horrific loss of life will simply be dismissed as ‘collateral damage.’”</p>&mdash; MSF International (MSF) October 3, 2015

D’après MSF, les frappes ont continué pendant 45 min après que l’ONG a averti l’Otan que l’hôpital avait été visé par des tirs.

Les Etats-Unis ne reconnaissent pas la responsabilité du bombardement pour l’instant mais ils ont ouvert une enquête.

L’Otan menait une opération aérienne dans ce secteur au moment du drame.

Barack Obama dit attendre les résultats de l’enquête lancée par le ministère de la Défense américaine.

President Obama's statement on the casualties in Kunduz: pic.twitter.com/EwgNap77O2

— The White House (@WhiteHouse) October 4, 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Pologne va investir 2,3 milliards d'€ pour renforcer sa frontière avec la Russie et le Bélarus

La présidente géorgienne a mis son veto à la "loi russe", "un sabotage de notre voie européenne"

Géorgie : "la loi russe" est "un pas dans la mauvaise direction" selon l'OTAN