Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

A Londres, Cameron et Al-Sissi se disent prêts à coopérer

A Londres, Cameron et Al-Sissi se disent prêts à coopérer
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président egyptien en visite officielle pour trois jours au Royaume-Uni. L’enjeu de réchauffer les relations entre Le Caire et Londres a été éclipsé par le crash dans le Sinaï et la décision de Londres de suspendre ses vols avec Charm el-Cheikh.

Saluant une “bonne compréhension mutuelle”, Abdel Fatah al-Sissi s’est dit prêt à coopérer pour assurer la sécurité de tous les touristes dans les aéroports de son pays. Il a dit aussi espérer un retour à la normale “dans les plus brefs délais”.

De son côté, le Premier ministre britannique a assuré que les discussions avec son hôte avaient été “excellentes, non seulement sur ce qu’a fait l’Egypte pour accroître sa propre sécurité et celle des touristes”, a dit David Cameron, “mais aussi en ce qui concerne ce qui peut être fait aujourd’hui pour aider à s’assurer que les citoyens britanniques puissent revenir en toute sécurité chez eux après leurs vacances à Charm el-Cheikh”.

Cette visite a par ailleurs sucité des manifestations séparées de la communauté egyptienne, d’un côté les anti et de l’autre les pro-Sissi.

“Je pense qu’il a sauvé notre pays des Frères musulmans. Al-Sissi est venu et nous a débarrassé d’eux” dit cet homme.

“Nous sommes dans un pays démocratique, il ne devrait pas accepter quelqu’un qui a tué 6000 personnes et en retient en prison 40 000 autres. On ne veut pas de lui ici”, s’emporte cette femme.

Ancien chef de l’armée, Al-Sissi est l’artisan du coup d‘état qui a délogé le président élu islamiste Mohammed Morsi en 2013. Il sera ensuite à l’origine d’une sanglante répression contre le mouvement des Frères musulmans.