DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Si l'Europe devient plus flexible", le Royaume-Uni restera, sinon il reconsidérera sa position

"Si l'Europe devient plus flexible", le Royaume-Uni restera, sinon il reconsidérera sa position
Taille du texte Aa Aa

C’est en résumé le discours prononcé par David Cameron ce matin. Le Premier ministre conservateur britannique a enfin dévoilé sa liste de conditions pour que Londres demeure au sein de l’Union européenne à laquelle il appartient depuis 1973. Un référendum sur cette question essentielle doit avoir lieu d’ici la fin 2017.

“L’UE a besoin de flexibilité entre ceux qui sont à l’intérieur et à l’extérieur de la zone euro. Entre ceux qui envisagent une intégration économique et politique beaucoup plus grande et des pays comme la Grande-Bretagne qui n’embrasseront jamais cet objectif. Nous avons donc besoin d‘être honnêtes à ce sujet : l’engagement dans un traité visant à une Union toujours plus intégrée n’est pas un engagement auquel la Grande-Bretagne peut souscrire. Nous n’y croyons pas, nous n’y souscrivons pas, nous avons une autre vision pour l’Europe”, affirme David Cameron.

Pour David Cameron, il y a quatre défis essentiels qui doivent être relevés : “une Europe plus compétitive, plus d‘égalité entre membre et non-membre de la zone euro, une exemption de la notion d’union toujours plus étroite et une réduction de la pression migratoire”, le tout avec un maître-mot comme programme : la “flexibilité”.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.