PUBLICITÉ

Les premiers vols d'expulsion vers le Rwanda quitteront le Royaume-Uni dans quelques mois

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'exprime lors d'une conférence de presse à Downing Street, à Londres.
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'exprime lors d'une conférence de presse à Downing Street, à Londres. Tous droits réservés Toby Melville/AP
Tous droits réservés Toby Melville/AP
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le projet de loi est bloqué depuis deux mois, car il fait l'objet d'allers-retours entre les deux chambres du Parlement, les Lords proposant à plusieurs reprises des amendements qui sont ensuite rejetés par les Communes.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, s'est engagé lundi à ce que les premiers vols d'expulsion du pays vers le Rwanda puissent partir dans 10 à 12 semaines, tout en promettant de mettre fin à l'impasse parlementaire sur une promesse politique clé avant les élections prévues dans le courant de l'année.

M. Sunak a fait ces commentaires lors d'une conférence de presse, s'adressant directement au public après avoir promis la semaine dernière que le Parlement resterait en session jusqu'à ce que la législation soit adoptée. La Chambre des communes examinera le projet de loi plus tard dans la journée, puis la Chambre des Lords.

M. Sunak a demandé à la Chambre des Lords, qui n'est pas élue, de cesser de bloquer la législation permettant aux autorités d'expulser certains demandeurs d'asile vers le Rwanda, alors qu'il cherche à concrétiser une promesse de campagne visant à "arrêter les bateaux" qui amènent les migrants au Royaume-Uni de manière illégale.

"Trop, c'est trop", a déclaré M. Sunak, qui a indiqué aux journalistes que des avions charters commerciaux avaient été réservés pour transporter les demandeurs d'asile.

Il a refusé de donner des détails lorsqu'on lui a demandé combien de personnes étaient attendues sur les vols dans les mois à venir.

Nous sommes prêts. Les plans sont en place et ces vols auront lieu quoi qu'il arrive. Aucun tribunal étranger ne nous empêchera de faire décoller les vols
Rishi Sunak
Premier ministre britannique

Le projet de loi est bloqué depuis deux mois, car il fait l'objet d'allers-retours entre les deux chambres du Parlement, les Lords proposant à plusieurs reprises des amendements qui sont ensuite rejetés par les Communes. Les Lords n'ont pas le pouvoir d'annuler le projet de loi, mais ils doivent donner leur assentiment avant qu'il ne devienne loi.

Le Parti conservateur au pouvoir envisage d'envoyer certains demandeurs d'asile au Rwanda afin de dissuader les migrants de prendre le risque de traverser la Manche sur des bateaux gonflables qui prennent l'eau. Ce projet, poursuivi par trois premiers ministres au cours des deux dernières années, s'est heurté jusqu'à présent à une série de décisions de justice et à l'opposition virulente des défenseurs des migrants, qui le jugent illégal et inhumain.

La législation actuelle, connue sous le nom de Safety of Rwanda Bill, est une réponse à une décision de la Cour suprême qui a bloqué les vols d'expulsion parce que le gouvernement ne pouvait pas garantir la sécurité des migrants envoyés au Rwanda.

Après avoir signé un nouveau traité avec le Rwanda pour renforcer la protection des migrants, le gouvernement a proposé une nouvelle législation déclarant que le Rwanda est un pays sûr.

Alex Carlile, membre indépendant de la Chambre des Lords, a déclaré que les amendements visaient à améliorer une législation "mal jugée, mal rédigée et inappropriée" qui est "illégale au regard du droit britannique et international actuel".

"C'est, à mon avis, la journée la plus inexplicable et la plus insensible que j'ai vécue en près de 40 ans dans l'une ou l'autre chambre du Parlement", a-t-il déclaré à la BBC. "Ce que Rishi Sunak demande au Parlement, c'est de dire qu'une contre-vérité est une vérité".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Expulsion des migrants vers le Rwanda : Sunak obtient le soutien de sa majorité

Immigration : le Royaume-Uni et le Rwanda signent un nouveau traité

No comment : Marc Quinn expose ses oeuvres à Kew Gardens