EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Crimes contre l'humanité en Syrie: le gouvernement et l'opposition responsables selon l'ONU

Crimes contre l'humanité en Syrie: le gouvernement et l'opposition responsables selon l'ONU
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le régime syrien a été reconnu responsable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, d’après les conclusions du rapport sur les morts en

PUBLICITÉ

Le régime syrien a été reconnu responsable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, d’après les conclusions du rapport sur les morts en détention établi par une commission d’enquête indépendante des Nations Unis, et présenté ce lundi à Genève. Ces exactions de masse, qui portent sur la torture, les mauvais traitements et le décès de détenus relevant d’une “volonté délibérée” concernent aussi les forces d’opposition, le groupe Etat Islamique et le front al-Nosra, rattaché à al-Qaïda.

Syrian civilians suffering widespread executions & death in detention centers on all sides of the conflict #COISyriapic.twitter.com/6XAmmFuZVI

— HRC SECRETARIAT (@UN_HRC) 8 Février 2016

“Ceux qui ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité doivent être tenus responsables [de leurs actes], a déclaré Paulo Pinheiro, président de la commission en charge de l’enquête. “Comme l’a affirmé à juste titre le haut commissaire aux droits de l’homme, le 1er février dernier, “dans le cas de la Syrie, nous sommes là pour rappeler à chacun que là où il y a des allégations qui rentrent dans le cadre de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, l’amnistie n’est pas acceptable”. L‘étude, qui s’appuie sur plus de 620 témoignages et sur une base documentaire, met en évidence les actes de torture et les mauvais traitements imposés aux détenus dans les centres de détention gouvernementaux, ou dans les geôles de fortune, sur une période qui s‘étend de mars 2011 à décembre 2015. L’ONU entend “traduire devant la justice internationale ou devant un tribunal spécial” les responsables de ces crimes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Syrie : une frappe israélienne sur le consulat d'Iran à Damas tue 7 personnes

Syrie : 20 combattants kurdes tués dans un nouveau raid de la Turquie

L'armée syrienne bombarde la province rebelle d'Idlib