EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Nisrine et ses cinq enfants, piégés à Idomeni

Nisrine et ses cinq enfants, piégés à Idomeni
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec REUTERS, UNHCR
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans le camp d’Idomeni, la moitié des occupants sont des femmes et des enfants. Le mari, le père, dans le cas de Nisrine, est mort. Il a été tué il y

PUBLICITÉ

Dans le camp d’Idomeni, la moitié des occupants sont des femmes et des enfants. Le mari, le père, dans le cas de Nisrine, est mort. Il a été tué il y a trois ans par une bombe à Alep. Nisrine élève depuis ses cinq enfants, seule.

“C’est vraiment dur. J‘étais femme au foyer avant et mon mari était tout pour moi. Et maintenant je dois être à la fois la mère et le père, c’est très dur.”

Nisrine Shiko est arrivée à Idomeni il y a dix jours, avec le rêve de continuer son voyage vers l’Europe. Depuis elle n’a pas fermé l’oeil.

“Avec cinq enfants, c’est difficile. Hier quand il pleuvait, mes enfants étaient trempés, les couvertures étaient trempées. J’ai séché mes enfants, je les ai mis au lit, et depuis je n’a pas dormi.”

La situation est critique. Selon l’ONG Médecins du monde , “des dizaines d’enfants sont gravement malades”, souffrant de diarrhée, fièvre, toux, vomissements, et érythème. Les plus atteints sont transportés dans des hôpitaux grecs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La majorité des Grecs ont une bonne opinion de l'Union européenne

Le vote par correspondance possible en Grèce pour les élections européennes

Grèce : une mission pour sauver les eaux polluées d'Ithaque